Chauvigny >

Les trois Rois

Version mobile

Les trois Rois

Trois rois et la création du franc

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Max Aubrun, vous êtes le conservateur honoraire des musées de Chauvigny, pouvez-vous nous expliquer pourquoi cette rue s'appelle rue des 3 rois.
" Pourquoi les 3 rois ? D'abord la pierre sculptée présente trois personnages. Son état actuel ne permet pas de dire si ce sont des rois ou pas. En revanche, la tradition veut qu'à Chauvigny, 3 rois se soient arrêtés : Jean le Bon, François 1er et Louis 14. "
Jean le Bon, c'est le roi fait prisonnier à la bataille de Nouaillé-Maupertuis, pendant la guerre de 100 ans ? C'est pour ça que l'ancienne auberge qui est à proximité, s'appelle la maison du roi Jean ?
" La maison du roi Jean qui est juste en face de cette sculpture évidemment évoque Jean le Bon mais cette maison n'est pas de l'époque de Jean le Bon. "
La maison du roi Jean est également une auberge. La ville a compté pas moins de 9 auberges, signe d'une grande activité économique.
" Autour de cette rue devaient s'étager les différentes auberges. Chauvigny était une zone de passage. Cette zone de passage va être renforcée par les conséquences de la bataille de Nouaillé Maupertuis. Nous sommes à Chauvigny de temps en temps anglais, de temps en temps français puisque nous sommes sur une zone de frontière et évidemment une zone de passage. "
Qu'est-ce que la bataille de Nouaillé-Maupertuis ?
C'est le théâtre d'un important épisode de la guerre de Cent Ans. En dépit d'un avantage en nombre considérable, cette bataille est perdue par les français. Le roi Jean et son fils sont faits prisonniers par le prince noir, fils du roi d'Angleterre. C'est pour payer leur rançon qu'une nouvelle monnaie est créée : le franc !
D'un point de vue militaire, c'est un changement tactique important : les chevaliers français sont peu mobiles avec leurs lourdes armures et forment des cibles faciles pour les archers gallois. Et quand ils s'engagent dans un " maupertuis " : un mauvais chemin bordé de haies et de fossés, c'est le désastre et la défaite.
A la suite de cette bataille, le quart sud-ouest de la France, y compris le Poitou devient anglais.
Revenons un peu sur nos pas pour prendre la rue du Berry sur notre gauche. Remarquez au passage à l'angle les chasses roues. Ce sont ces pierres coniques qui protègent les murs du passage des charrettes. Nous allons monter vers la cité médiévale par la bucolique rue des petites échelles. Ça monte un peu, mais on vous promet que vous serez récompensés à l'arrivée.
Retour haut de page