Châtellerault, ancienne ville royale >

La Manu

Version mobile
English

La Manu

Nous sommes à la "Manu", l'ancienne manufacture d'armes, au pied des 2 grandes cheminées.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes à la " Manu ", l'ancienne manufacture d'armes, au pied des 2 grandes cheminées.
Le site a ouvert ses portes en 1819 et subi bien des transformations jusqu'à sa fermeture en 1968 !
Les cheminées, par exemple, datent de 1886, quand l'énergie hydraulique disparaît au profit de la vapeur.
Même chose pour l'atelier, à gauche, qui accueille maintenant le musée Auto Moto Vélo.
La manufacture est alors en pleine expansion : d'immenses ensembles adaptés au travail mécanisé remplacent les vieux ateliers manuels.
Mais pourquoi implanter cette manufacture à Châtellerault?
Pour être le plus loin possible des frontières et donc des ennemis potentiels ! La ville était aussi réputée pour ses couteliers, auxquels on pense au départ pour fabriquer les armes blanches.
Tous les savoir-faire sont donc déjà sur place ?
Il faut savoir que la coutellerie déjà, se porte mal depuis plusieurs dizaines d'années donc il y a une main d'oeuvre locale, mais qui n'est pas suffisante pour installer une entreprise du calibre de la manufacture.
Marie-Claude Albert est présidente du centre Châtelleraudais d'histoire et d'archives.
Le 1er recours à de la main d'oeuvre extérieure intervient 9 ans après l'installation de l'usine. C'est une main d'oeuvre qui arrive d'Alsace notamment de Klingenthal. Ce sont une vingtaine d'ouvriers au départ, qui sont très qualifiés, spécialisés dans le limage, le tournage, dans des opérations très spécifiques, et qui vont donc s'installer à Châtellerault et, pour la plupart, y rester.
En 1830, d'autres ouvriers venus de Maubeuge rejoignent le site pour la production d'armes à feu.
Il faut savoir que les guerres importantes, 1870, 1914 et 1939-45 ont été des moments où la manufacture a fait appel à de la main d'oeuvre extérieure.
8 000 " manuchards " dont 800 femmes travaillent là pendant la 1ère guerre mondiale !
Le seul appel à des volontaires, c'est l'appel à 332 ouvriers chinois, des manoeuvres non spécialisés, arrivés en 1916. Ils vont rester 3 ans puisque la France a appelé pendant cette période 40 000 ouvriers pour combler la pénurie de main d'oeuvre en période de guerre. On a quelques photographies, c'est vraiment une colonie d'hommes et ils vont repartir en 1919.
... au contraire des Alsaciens et Nordistes, dont il reste de nombreux descendants à Châtellerault !
Autre période de grande activité pour la " Manu " : la commande russe de 1889.
Voix d'homme
C'est moi, Adrien Treuille, administrateur de l'usine, qui ai signé cette commande de 500 000 fusils. Elle a apporté travail et prospérité dans la cité. En remerciement, la Russie a offert à Châtellerault une énorme cloche, installée à l'église Saint-Jean l'Evangéliste.
On peut l'admirer une fois par an, pendant les journées du patrimoine. Elle a d'ailleurs livré ses dernières notes pour la fermeture de la " Manu " en 1968.
En parcourant l'usine, ne manquez pas le jardin du directeur et les différents styles architecturaux du site.
Le bâtiment d'administration, édifié en 1819 en pierre de tailles, n'a rien de commun avec les ateliers construits 60 ans plus tard, tout en métal et verre.
N'hésitez pas à monter sur la passerelle conçue par l'artiste Jean Luc Vilmouth. Entre les cheminées, elle offre un panorama exceptionnel sur ce site qui a animé la ville pendant 150 ans.
Merci de continuer votre visite. A bientôt
Retour haut de page