Cervières >

Maison Faure-Vincent Dubois

Version mobile
English Italien

Maison Faure-Vincent Dubois

Quelques maisons caractéristiques de l'habitat rural en Briançonnais.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Cette partie du village est composée par les quelques maisons ayant échappé à l'incendie de septembre 1944. Caractéristique de l'habitat rural en Briançonnais, leur architecture répond aux contraintes climatiques imposées par des hivers très rudes et froids et peu de terrains cultivables. Les bâtisses sont parfois très hautes, serrées les unes contre les autres. Les îlots sont séparés par des ruelles étroites où la lumière pénètre difficilement.
La maison se compose de différentes parties servant au logement des hommes et des animaux mais surtout au stockage des récoltes. Elle repose sur une cave enterrée qui permet de mettre les denrées à l'abri du gel. On accède au rez-de-chaussée par un espace nommé court qui desserre ensuite l'écurie, le fenil, le cellier et la cuisine où se préparent les fromages. Les étages supérieurs sont occupés par les réserves de foin et de céréales. Le matériau, la pierre tout d'abord, s'allège progressivement pour laisser place au bois dans la partie haute. Certains toits sont encore couverts de planches de mélèze nommées bardeaux.
Autrefois, la vie se concentrait dans l'étable où les hommes cohabitaient avec les animaux afin d'économiser le bois de chauffage. Cette habitation principale était utilisée d'octobre à la fin du printemps. Une fois les beaux jours arrivés, les habitants rejoignaient leurs chalets situés plus haut, dans les alpages. Cette maison musée accueille aujourd'hui les visiteurs.
On trouve deux cadrans solaires dans le village. Le premier sur la mairie et le deuxième sur une maison non loin du pont. Ce dernier est particulièrement remarquable car signé par le célèbre cadranier piémontais du 19e siècle : Giovanni Francesco Zarbula. Sa table est délimitée par un cadre gris à redans en trompe l'oeil. Le soleil prend place au centre de la composition. Deux devises nous rappellent l'importance que prenait la religion dans la vie des montagnards.
Retour haut de page