La cathédrale Notre-Dame de Reims >

Les vitraux

Version mobile
Espagnol English Néerlandais Deutsch Italien

Les vitraux

Les roses, la dynastie Simon, les vitraux de Marc Chagall et d'Imi Knoebel

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La cathédrale de lumière
Regardez la grande rose de la façade ! Elle date de la seconde moitié du 13e siècle et mesure 12 mètres 50 de diamètre. Elle est dédiée à la gloire de la Vierge.
La rose n'a pas été épargnée lors de l'incendie du 19 septembre 1914 et les bombardements de la Grande Guerre. Heureusement, Jacques Simon était là ! Ecoutons Bruno Paupette, chef de l'atelier des Maîtres Verriers Simon Marq :
Jacques Simon a eu le mérite en 1917 de faire déposer avec ses ouvriers la rose de la cathédrale de Reims qui était déjà fortement endommagée. Ce travail, ils l'ont fait sans échafaudage, à l'aide d'échelle, en montant même sur les structures de pierre ou de structures métalliques. C'est un vrai exploit ! Ensuite, les vitraux ont été posés à plat sur des plateaux en bois, redescendus au sol à l'aide de cordes, réceptionnés par d'autres ouvriers qui, eux, ont encollé les pièces encore en place pour éviter d'en perdre des morceaux, et tout de suite remis en caisse. Et tout cet ensemble a été acheminé dans des camions pour être sorti de cette zone qui était déjà une zone de combat.
En dessous, la rose plus petite représente les litanies de la Vierge. Ce vitrail de 1937 est une création de Jaques Simon. Les Simon : une dynastie de Maîtres Verriers rémoise !
La dynastie Simon remonte à très loin puisque chez nous, nous possédons un chef-d'oeuvre de corporation qui date de 1640. Depuis, ils ont travaillé et rayonné notamment sur la ville de Reims puisqu'on peut le voir à travers le lustre de la bibliothèque Carnegie, mais aussi à travers Le Café du palais. Et puis ensuite avec des vitraux tel que celui de Chagall à la cathédrale qui leur a apporté un rayonnement mondial.
Tournons-nous vers le chevet. A droite, les vitraux de Marc Chagall, ce grand artiste peintre français du 20e siècle, d'origine russe!
Arrêtons-nous sur le vitrail de gauche : il représente l'Arbre de Jessé qui symbolise l'arbre généalogique du Christ.
Le vitrail du centre aborde le thème du sacrifice avec la crucifixion et la résurrection de Jésus, et Abraham qui offre à Dieu son fils unique, Isaac. Vous voyez Abraham ?... Il est vêtu de rose !
A droite : un vitrail historique ! Il raconte l'histoire des sacres célébrés dans la cathédrale. Amusez-vous à trouver Jeanne d'Arc dans son armure blanche !
Autour de Chagall, les vitraux d'Imi Knoebel inaugurés en 2011 et 2015. Cette compositions abstraite à l'instar des vitraux médiévaux, repose sur les couleurs primaires : bleu, jaune et rouge. Imi Knoebel déclare :
Voix masculine sobre : Il convient de revenir au langage chromatique d'origine de la cathédrale et de produire une symbiose entre l'ancien et le nouveau. La couleur confère qualité, poids et équilibre. Elle n'est pas dotée uniquement d'une valeur chromatique mais aussi d'une luminance.
Ces oeuvres d'un artiste germanique scellent avec éclat la réconciliation entre la France et l'Allemagne !
Retour haut de page