La cathédrale Notre-Dame de Reims >

Le portail de la mère du Christ

Version mobile
Espagnol English Néerlandais Deutsch Italien

Le portail de la mère du Christ

La Vierge Marie dans la cathédrale de Reims

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La cathédrale mariale
La cathédrale de Reims comme celle de Chartres, de Paris et bien d'autres encore, est dédiée à Marie. Pourquoi ce point commun ?... Ecoutons Patrick Demouy, historien rémois.
D'après la tradition, la cathédrale est dédiée à la Vierge Marie depuis le 5e siècle. Sans doute parce que l'évêque de cette époque était d'origine orientale, et que c'est en Orient que le culte marial s'est d'abord développé avant de se transporter en Occident où il s'est généralisé surtout à partir du 12e siècle. Et effectivement, beaucoup de cathédrales sont des cathédrales Notre-Dame.
Des vitraux des roses aux sculptures de la façade, tous encensent Marie et portent le même message
Voix féminine
Marie, mère du Christ, reine des cieux, modèle pour les rois de France sacrés à Reims.
Le portail central de la façade occidentale, dédié à la Vierge Marie, rend hommage à sa vie, à sa glorification. On le nomme portail de la mère du Christ.
Tout un programme iconographique lisible sur la façade loue la Vierge. Particulièrement le gâble...
C'est le triangle qui surmonte le portail central, vous le voyez ?
Il représente le Couronnement de la Vierge par le Christ. Selon la tradition orientale et apocryphe, Marie, s'éleva dans les cieux pour y être couronnée par son fils.
Regardez la tête de la Vierge. Elle semble se détacher du soleil. Quant à ses pieds, ils sont posés sur une sphère qui symbolise la lune. Cette posture parmi les astres évoque l'Apocalypse de Jean qui parle...
Voix féminine ... D'une femme, vêtue du soleil, la lune sous les pieds.
Un choeur d'anges se déploie autour du couple divin. Cherchez bien, deux d'entre eux sont des séraphins. Le prophète Isaïe les décrit ainsi dans l'Ancien Testament :
Voix féminine
Des séraphins se tenaient au-dessus du Seigneur Yahvé, ayant chacun six ailes : deux pour se couvrir la face, deux pour se couvrir les pieds et deux pour voler !
Retour haut de page