La cathédrale Notre-Dame de Reims >

Le chevet

Version mobile
Espagnol English Néerlandais Deutsch Italien

Le chevet

Aux origines de la légende

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La cathédrale franco-américaine
Quel panorama reimois s'offre à nous !
A droite, le chevet de la cathédrale,
A gauche, le palais du Tau,
Dans le prolongement, la bibliothèque Carnegie !
Carnegie comme... Carnegie Hall ! Lors de sa reconstruction après la Grande Guerre, Reims doit beaucoup à la philanthropie du mécénat américain. La bibliothèque Carnegie de style Art déco est financée par l'entrepreneur Andrew Carnegie. La charpente de la cathédrale par l'industriel Rockefeller Junior. Bernard Poret, président de la Société des Amis de la Cathédrale de Reims, évoque son architecture... en béton !
Reconstruire une charpente après la guerre. Tous les bois, tous les arbres étaient mitraillés, donc plus de bois. Il fallait trouver un autre moyen pour restaurer cette charpente. Henri Deneux, l'architecte nommé par l'état pour mener ces travaux de restauration, avait découvert cette technique de charpente en lamelles de béton chevillé. Et c'est ce qu'il a mis au point d'abord sur une église à Reims avant de se lancer sur la cathédrale, l'église Saint Jacques.
Et les fleurs de lys que l'on voit au sommet ?
Avant la Révolution, il y avait des fleurs de lys sur le faîtage de la cathédrale, disparues à la Révolution. Mais Rockefeller finançant la toiture a exigé de l'état français que les fleurs de lys réapparaissent.
Plus bas, impossible de manquer les arcs-boutants !
Les contreforts et les arcs-boutants sont indispensables à l'équilibre de la cathédrale. Ici, leur élégance fait oublier leur utilité technique pour n'y voir qu'un raffinement de décor. Marie-Odile Vesselle, guide conférencière à l'Office de tourisme de Reims, nous les décrit :
Les arcs-boutants au chevet de la cathédrale sont à doubles volets, contrairement à ceux le long de la nef. Ces arcs-boutants comportent à leur extrémité un contrefort dans lequel se trouve un tabernacle, c'est-à-dire une niche avec deux colonnes devant. Et à l'intérieur de ce tabernacle se trouve un ange aux ailes ouvertes. Et au-dessus de ce tabernacle, de cette niche, se trouve une pyramide qu'on appelle pinacle, décorée avec des crochets. Et à l'extrémité de ce pinacle se trouve une croix.
Regardez la statuaire ! Toute une armée d'anges semble monter la garde autour de la cathédrale. En-dessous des gargouilles, se tiennent les anges liturgiques. Ils portent la croix de procession, des bénitiers, des livres, des encensoirs. Tous entourent le Christ comme les acteurs d'une représentation céleste !
Retour haut de page