Votre circuit
Marne
Reims
La nef

La cathédrale Notre-Dame de Reims >

La nef

Version mobile
Espagnol English Néerlandais Deutsch Italien

La nef

L'ampleur de la nef et le passage champenois

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
L'architecture de la cathédrale
Remontons à la fin du 5e siècle pendant le baptême de Clovis. On raconte que le roi des Francs, envoûté par les lumières, l'odeur de l'encens et les tentures chatoyantes de la grande église, aurait, à la découverte de son baptistère, demandé à l'évêque Saint Remi :
Clovis: Est-ce là le paradis dont tu me parlais ?
Son baptiste lui aurait répondu :
Saint Remi : Non, c'est le début du chemin qui y conduit !
Difficile de ne pas être fasciné par Notre-Dame de Reims, par la sensation d'équilibre et d'harmonie qui émane de cette cathédrale !
Levez les yeux vers la nef. L'ampleur de ses proportions et son élévation témoignent du mot d'ordre de l'esprit gothique : toujours plus grand, toujours plus clair, toujours plus haut vers le ciel !
Patrick Demouy, historien rémois, revient sur sa construction :
D'abord une basilique paléochrétienne, puis une cathédrale carolingienne. Toutes deux charpentées. Et enfin, au 13e siècle, jaillit cette voûte de pierre portée à 38 mètres qui se rapproche du ciel et s'ouvre à la lumière. Le savoir faire des architectes est d'avoir perforé les murs avec ces fenêtres châssis pour abolir pratiquement complètement la matière et faire rentrer dans l'église la lumière du créateur.
Son élévation est à trois niveaux :
En bas : les grandes arcades,
A mi-hauteur : le triforium. C'est la galerie qui fait tout le tour du monument,
Au plus près de la voûte : les fenêtres hautes,
Et sous les fenêtres basses, vous voyez le petit passage ?
On le nomme le passage champenois ou encore passage rémois !
Il doit son nom à sa création dans l'une des chapelles de la basilique Saint Remi au début du 12e siècle. Il circule ici tout autour de la cathédrale. Son utilité est multiple :
Ce passage champenois, comme souvent dans l'architecture médiévale, peut-être compris à différents degrés. Pratique, technique parce qu'il permet de supporter les éléments d'échafaudage. On le fait encore aujourd'hui quand on restaure des vitraux. Mais esthétique aussi parce qu'il vient alléger la masse murale, supprimer au maximum la pierre pour faire pénétrer la lumière.
Et enfin décoratif parce que le passage champenois de Notre-Dame de Reims permettait de supporter des décors lors des sacres royaux !
Retour haut de page