La cathédrale de Sens >

Le transept sud

Version mobile
English Deutsch

Le transept sud

Le style gothique et la rosace des armes de Tristan de Salazar

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le transept sud
Nous sommes assis sur une chaise à la droite du choeur dans le transept sud...
Le gothique parvient ici à son expression finale où il n'y a plus que du verre et du vide. Bernard Brousse nous en dit plus sur cette évolution architecturale 
Eh bien, nous avons la chance à Sens de pouvoir regarder toutes les étapes du gothique. Depuis le premier gothique, ce gothique primitif en passant par le rayonnant où les structures s'allègent. Et pour finir dans cet embrasement - si j'ose dire - du gothique flamboyant où finalement il n'y a plus besoin de chapiteaux. La verticale l'emporte absolument. C'est un gothique qui va très vite, qui monte au plus haut où tout est lumière.
Regardez la rosace en haut à droite...
Cette immense verrière mesure... 18 mètres de haut, la hauteur d'un immeuble de 6 étages !
Sa rose amplifie de façon grandiose l'étoile à 6 branches des armes de Tristan de Salazar, archevêque de Sens au 16e siècle.
Est-ce que vous discernez le Jugement Dernier ?... Oui ?...  En haut, le Christ et les Apôtres peuplent le paradis. En bas, les démons activent le feu sous le chaudron de l'Enfer !
Ces vitraux sont l'oeuvre de maîtres verriers de la ville de Troyes qui ont travaillé pour leur cathédrale. Mais ici, ils avaient ordre de faire mieux car Troyes n'était qu'un simple évêché dépendant de Sens !
À droite de la rosace, il est impossible de manquer le vitrail au fond rouge avec l'arbre de Jessé. Bernard Brousse :
Eh bien, cet arbre de Jessé représente bien sûr l'arbre généalogique du Christ depuis Jessé qui est d'ailleurs endormi en bas, en passant par le roi David et le roi Salomon. Mais en plus, dans cet arbre de Jessé, il y a des petites choses intéressantes à rechercher. Regardez si vous trouvez la licorne avec la Vierge qui l'accompagne !
Juste à côté à droite, un vitrail dédié à saint Nicolas !
Ce sont les gens de justice de l'archevêque, les officiers, les juges, les avocats et notaires qui ont payé cette oeuvre en l'honneur de leur saint patron ! Comme au Moyen Age, nous commençons la lecture en bas à gauche par la naissance de Nicolas. Et en haut à droite, sa vie s'achève. Son existence est ponctuée de nombreux miracles. Amusez-vous à chercher Nicolas qui arrête la main du bourreau dont le glaive s'apprête à décapiter 3 condamnés ! C'est grâce à ce geste que le saint est devenu le patron des gens de justice !
Avant de franchir la porte au-dessous de la rosace, ne manquez pas à l'angle la chapelle Notre Dame où trône une Vierge à l'Enfant depuis... l'an 1334 ! Nous vous attendons dans la cour du Palais des Archevêques...
Merci de continuer votre visite.
Retour haut de page