La cathédrale de Sens >

Le transept nord

Version mobile
English Deutsch

Le transept nord

La nef, le choeur et la rosace du Concert céleste

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le transept nord
Nous sommes près du choeur de la cathédrale...
Derrière nous, la nef pour les laïcs et devant, le choeur réservé au clergé... Le transept qui marque la frontière entre les deux n'existait pas à l'origine, et la nef de la cathédrale de Sens était composée d'un seul bloc. C'est en 1490 que l'archevêché décide de le construire. Les travaux sont confiés à Martin Chambiges, grand maître d'oeuvre de la cathédrale de Beauvais. Les mêmes derniers feux du gothique règnent à Saint-Pierre de Beauvais et à Saint-Etienne de Sens. Ici, l'art gothique jette son dernier éclat dans une apothéose !
Regardons la rosace sur notre gauche...
Vous avez remarqué ?... Cette rose possède 5 branches. Elle représente le Concert céleste où 62 anges musiciens jouent d'une foule d'instruments. Ces messagers de Dieu ont inspiré au 19ème siècle le poète Stéphane Mallarmé, ancien élève du lycée de Sens. Il écrit dans la Symphonie littéraire :

 : Le rythme de ce chant ressemble à la rosace d'une ancienne église : parmi l'ornementation de vieille pierre, souriant dans un séraphique outremer qui semble être la prière sortant de leurs yeux bleus plutôt que notre vulgaire azur, des anges blancs comme des hosties chantent leur extase en s'accompagnant de harpes imitant leurs ailes, de cymbales d'or natif, de rayons purs contournés en trompettes, et de tambours où résonne la virginité de jeunes tonnerres... 
Cette rose du 16e siècle a été réalisée pendant la période de transition entre le Moyen Age et la Renaissance. Elle montre des instruments de musique qui vont bientôt disparaître et d'autres qui viennent d'arriver. Comme la sacqueboute, l'ancêtre du trombone à coulisse ou encore les premiers clavecins. Amusez-vous à les chercher !
C'est au pied de cette rose que les chanoines passaient du cloître à la cathédrale. Quant à l'archevêque, il venait de son palais en empruntant la porte sud. Imaginez-les tous réunis là où nous sommes. Les voilà qui montent les marches, et la somptueuse grille du 18e siècle s'ouvre sur le choeur !
Regardons la grille...
Vous voyez la croix juste au-dessus du blason ?... Elle est coiffée d'un chapeau avec 5 rangées de glands de chaque côté ! Ce couvre-chef est réservé aux archevêques de Sens depuis l'an 876. Il symbolise le titre de Primat des Gaules et de Germanie, c'est-à-dire la plus haute distinction pour l'église catholique... Après celle de Pape, évidemment !
Avançons à gauche vers le déambulatoire. À l'angle, ne manquez pas la chapelle romane Saint Jean-Baptiste. Arrêtez-vous devant la chapelle de Saint Thomas Beckett...
Merci de continuer votre visite.
Retour haut de page