La cathédrale de Sens >

Le déambulatoire

Version mobile
English Deutsch

Le déambulatoire

Les verrières du déambulatoire : un vrai livre d'images

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le déambulatoire
Nous sommes face à la chapelle de Saint Thomas Beckett. Nous regardons les deux verrières à sa gauche ...
Elles datent du début du 13e siècle et reflètent le même esprit, la même qualité que les vitraux des cathédrales de Chartres et de Bourges. Mais avant de les détailler, Bernard Brousse, Président de l'office de tourisme et membre de la Société Archéologique de Sens, évoque l'enseignement religieux des vitraux médiévaux 
Le Christ est lumière. Donc il naît à l'orient, et son message va se répandre jusqu'à l'occident. Et comment va-t-il en quelque sorte être diffusé parmi nous ?... Grâce aux vitraux qui vont servir d'aide-mémoire à nos chanoines qui vivent en ces lieux, dans le choeur et le déambulatoire, et qui vont se remémorer chaque jour donc tous ces martyrs, tous ces bienheureux qui arrivent jusqu'à nous et qui répandent jusqu'ici le message du Christ.
Regardons la première verrière. Elle se lit de bas en haut : c'est la coutume au Moyen Age !
Ce vitrail est comme un reportage sur la fin de vie de Thomas Beckett. Ce saint, brouillé avec le roi d'Angleterre, s'est réfugié en France à Sens au 12e siècle. En bas à droite, le vitrail montre son retour en Angleterre dans la ville de... Sandwich ! Et en haut à droite, Thomas est assassiné par des barons anglo-normands à Canterbury. Le médaillon en haut à gauche - vous y êtes ?... - montre le tombeau du martyr conçu par Guillaume de Sens. Cet architecte a construit le choeur de la cathédrale de Canterbury à l'image du choeur de Sens.
Passons à la seconde verrière...
Elle nous raconte l'histoire de Saint Eustache. C'est en chassant qu'il se convertit au christianisme après avoir vu la croix du Christ entre les bois d'un cerf. Eustache mourut en martyr dans un taureau d'airain chauffé à blanc. Amusez-vous à suivre les épisodes de sa vie !
La troisième verrière à droite de la chapelle représente une parabole du Christ rapportée par Saint Luc. Celle du Fils Prodigue. Et.. non, vous ne rêvez pas, on le voit même s'amuser en galante compagnie !
Exception qui confirme la règle, la quatrième verrière se lit... de haut en bas !
Elle illustre une autre parabole : celle du bon Samaritain. Observez la chute de l'humanité et la descente de Dieu parmi les hommes pour les sauver !
Dirigeons-nous vers la chapelle voisine, celle du Dauphin...
Merci de continuer votre visite.
Retour haut de page