La cathédrale de Sens >

L'orgue et les monuments

Version mobile
English Deutsch

L'orgue et les monuments

L'orgue et les monuments funéraires de Tristan de Salazar et des frères Davy Du Peyron

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
L'orgue et les monuments
Nous sommes près de la chaire, face à l'orgue...
Une cathédrale n'est pas seulement une construction savante de pierres. Elle symbolise avant tout un espace spirituel où la louange à Dieu est portée par les chants et les instruments de musique.
D'où l'importance de l'orgue de la cathédrale suspendu au revers de la façade. Les premières traces de cet instrument monumental remontent au 15° siècle. Après quelques déplacements dans la cathédrale, il a fini par s'installer à cet endroit en 1730.
Restauré en 1991, cet orgue est particulièrement bien adapté aux oeuvres de son époque comme celles de Bach ou encore de Mozart.
Tous les ans un festival international dédié à une de ses anciennes titulaires, Michelle Leclerc, rassemble des organistes du monde entier. Amis mélomanes, un rendez-vous à ne pas manquer !
Tournons-nous vers la droite. Vous voyez la chapelle funéraire avec la statue décapitée ?
Cette chapelle étonnante a été érigée vers 1515 par un célèbre archevêque de Sens : Tristan de Salazar. Avec ce monument, il rend hommage à ses parents. La statue sur le baldaquin de marbre noir  a été décapitée à la Révolution. Elle représente le père de Tristan de Salazar, un Espagnol qui s'était mis au service de Jeanne d'Arc !

Regardons à présent le retable juste à droite
Ce chef d'oeuvre du gothique flamboyant finissant est orné de 3 statues dont une très belle Vierge à l'Enfant. Vous l'avez remarquée ?...
Avançons vers le monument funéraire en marbre noir et blanc. Au sommet, deux personnages sont en prière...
Ce sont deux frères : Jacques et Jean Davy Du Perron, successivement archevêques de Sens au début du 17e siècle. L'aîné, Jacques, porte la grande cape des cardinaux. Mais chut, il désire prendre la parole :
 : C'est à moi que l'on doit la réconciliation entre Henri 4 et le Pape. " Paris vaut bien une messe " cette citation doit vous dire quelque chose, non ?... Elle est attribuée au bon roi Henri lors de sa conversion au catholicisme afin d'être reconnu comme monarque par des villes comme Paris et Sens. Elles ne voulaient pas entendre parler d'un souverain protestant ! Au 7e changement de religion du roi, le pape un brin méfiant - on peut le comprendre - exigea que Henri se prosterne devant lui. C'est moi qui me suis exécuté au nom et à la place de sa majesté !
Avançons maintenant jusqu'au choeur...
Merci de continuer votre visite.
Retour haut de page