Cathédrale de Digne >

Les Rites Funéraires

Version mobile
English

Les Rites Funéraires

Les fouilles de la cathédrale ont permis de mieux comprendre les rites funéraires de cette époque.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Placez vous face au plan. Un repère vous indique votre position
La cathédrale actuelle n'est pas directement au-dessus de vous, mais derrière vous.
Prenez le temps de vous habituer à cette quasi obscurité. Dans quelques instants, vous découvrirez d'autres détails de ces lieux. La lumière très basse est assurée par des lampes froides. Sur votre droite vous découvrez les traces de deux mausolées du 3e siècle se faisant face. Ils seront ensuite réunis par un enclos et envahis de tombes.
Placez vous maintenant à droite, face aux tombes. Leur conception évoque des origines sociales différentes.
" On a des tombes de section triangulaire qui sont établies avec des tuiles plates qui sont des tuiles romaines courantes ".
Roger Zérubia, technicien en archéologie au musée Gassendi à Digne.
" On peut avoir des tombes , un sarcophage de pierre taillée comme celui qui se trouve à droite. Et puis il y a des tombes beaucoup plus prestigieuses comme le sarcophage que nous avons, présenté plus loin, qui est un fragment de sarcophage en marbre de Carare, qui provient des ateliers d'Arles. Donc là c'est un statut un peu particulier. Il y en a très peu. un seul sur le site de la cathédrale. "
Et si les différences sociales se côtoient sur cette zone funéraire, les époques aussi peuvent varier.
" Si on reprend la chronologie pour l'installation de la zone funéraire ici, il faut considérer qu'à l'origine dans une ville romaine, il n'y a pas d'inhumation au coeur de la ville. Les sépultures, la nécropole se trouvent à l'extérieur, le long de la voie, de la route qui mène à la ville. Et ici à Digne, on a l'impression qu'à partir du 3e siècle, il y a une dégradation à l'intérieur de la ville, c'est plus ou moins abandonné
Et on commence à installer des tombes dans ce milieu urbain qui est en partie abandonné ".
C'est donc dans ce contexte d'abandon, de déclin de l'Empire que ces deux anciens mausolées gallo romains sont construits ici au 3e siècle, face à face. Réunis dans un enclos délimité par des murets. Ce petit ensemble architectural est le germe de la première église. Les toutes premières origines de la cathédrale sont donc devant vous.
Les fouilles de la cathédrale ont permis de mieux comprendre les rites funéraires de cette époque. Pourtant, peu d'objets ont été retrouvés dans les sépultures. Simplement quelques agrafes qui servaient à fixer les linceuls.
Même si les chrétiens tiennent à ce que le corps soit conservé pour passer dans l'au delà et donc enterré, aucun indice ne permet vraiment d'affirmer que ces inhumations sont celles des premiers temps chrétiens.
Prenez le temps d'observer de plus près ces tombes en longeant la coursive jusqu'au panneau numéro 4. Vous pourrez notamment voir une tombe située dans le mur de la nef de la première église abritée d'une niche voûtée, appelée arcosolium. Cela témoigne certainement de l'importance de cette sépulture.
Continuons maintenant pour rejoindre le panneau numéro 6 face aux vestiges de l'ancienne cité gallo romaine de Digne.
Merci de continuer votre visite, A tout de suite !
Retour haut de page