Cathédrale de Digne >

La Cité Gallo Romaine

Version mobile
English

La Cité Gallo Romaine

Une vision globale sur les vestiges de l'ancienne cité gallo romaine.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes devant le panneau numéro 6 d'où il est possible d'avoir une vision globale sur les vestiges de l'ancienne cité gallo romaine.
Si bien des incertitudes concernent encore le passé le plus ancien de ce lieu, la fouille méthodique a permis de relever dans ce secteur nord toute une succession de vestiges s'étalant du Ier au 4e siècles après J.-C. C'est d'ailleurs le seul endroit ou la partie urbanisée antique est visible avec autant d'importance.
Dans ce qu'il est possible de lire et de définir avec certitude se trouve le grand collecteur constitué de deux murs parallèles dont les pierres taillées régulièrement et assemblées avec de petits joints de mortier se nomment opus vittatum. Son tracé a été retrouvé sur une longueur de 18 mètres et serait facile à suivre dans les propriétés privées actuelles.
Si de nombreuses dalles de rue ont été découvertes en réemploi dans des structures d'époques très différentes, aucune trace de rue en place n'a été trouvée. Ainsi, du fait de son rôle aucune construction ne devait à l'origine empiéter sur le grand égout. On peut donc imaginer qu'il y avait peut-être là une rue.
Sur la gauche, vous l'avez traversé, un caniveau réalisé au 2e siècle ap. J.-C. coupe diagonalement un enclos et servait à drainer les eaux du secteur nord.
Continuons. En nous rapprochant du panneau numéro 7 trois longs murs émergent.
Le plus éloigné qui est aussi le plus élevé et le plus ancien est une construction très soignée : c'est le mur à pilastres, ces piliers engagés dans le mur. Au Ier siècle ap. J.-C. il pouvait délimiter un espace réservé à un sanctuaire de tradition gauloise appelé " fanum " et au cours du 2e siècle ap. J.-C. il est complété par des constructions qui lui sont adossées délimitées par des murs de refend qui constituent sans doute des boutiques associées au sanctuaire.
C'est aussi grâce à la présence de ces vestiges antiques et il faut vraiment le souligner ici que la ville de Digne-les-Bains et ses partenaires ont pu mener à terme la réalisation de ce musée de site. Les vestiges antérieurs à l'époque paléochrétienne ont permis d'adhérer au Plan du Patrimoine Antique lancé en 1999 à l'occasion du Comité Interministériel d'Aménagement et du Développement durable du territoire et donc de bénéficier des fonds nécessaires pour la mise en valeur de ce patrimoine.
Avançons maintenant, en longeant sur votre gauche le mur à pilastres jusqu'au clocher porche de la basilique.
Au passage, vous pourrez voir les ossements humains d'une sépulture médiévale. Il s'agit d'une réduction de corps effectuée dans l'épaisseur même du mur à pilastres.
Merci de continuer votre visite, A tout de suite !
Retour haut de page