Cathédrale de Digne >

Le Choeur Canonial

Version mobile
English

Le Choeur Canonial

Dans la cathédrale, les chanoines ont un espace réservé : le choeur.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes devant le choeur canonial de la cathédrale, face au panneau numéro 14.
Essayons d'imaginer l'ancienne cathédrale vers le 11e siècle.
Ses murs se trouvent sous les fondations de l'édifice actuel, un peu en retrait. 40 mètres de long, peut-être plus, sur 11 mètres de large, ici dans la nef.
Comme dans d'autres régions, un clergé est déjà à cette époque attaché à la cathédrale. Dès la fin de l'époque carolingienne, c'est-à-dire après le 10e siècle, il s'y organise en une communauté canoniale. On dit aussi en chapitre
Dans la cathédrale, les chanoines ont un espace réservé : le choeur. Il se trouvait juste devant nous, sur le sol en argile jaune. On y accédait soit par l'abside au fond, soit ici du côté Ouest par quelques marches. Le choeur est entouré d'une clôture de pierre sculptée appelé chancel dont quelques fragments sont présentés à l'accueil.
Voix d'un chanoine
" Soyez les bienvenus chez nous.
Oui chez nous. Vous n'avez pas connu cette époque, mais au Moyen Age, nous étions les propriétaires de cette cathédrale. D'ailleurs, les pierres qui ont servi à sa construction nous appartiennent aussi puisqu'elles viennent de notre carrière à Marcoux. Nous avons aussi beaucoup de terres. Des vignes pour le vin, des champs pour les céréales.
Et à votre avis, ou se tenaient les foires de notre cité, à la St Julien et à la Toussaint ? Et bien autour de la cathédrale.
Mais chut.... Voici le Prévôt... "
Le Prévôt est celui qui dirige cette communauté. Ici, au 13e siècle, il y a 12 chanoines en plus du Prévôt. Mais parmi le personnel ecclésiastique, on trouve aussi des chapelains, des diacres et des sous diacres. Sans oublier, les enfants de choeur.
A la cathédrale de Digne, le prévôt du Chapitre avait même un pouvoir de justice. Il était le seigneur du Bourg sur lequel il exerçait la haute, la moyenne et la basse justice. Sa seigneurie s'étendait bien au delà du quartier de la cathédrale.
A Digne, les chanoines ont donc un pouvoir important. Ils l'exercent surtout dans le quartier autour de la cathédrale qu'on appelle le bourg. Les Historiens l'opposent souvent à la ville haute installée sur la butte St Charles à partir du 10e siècle.
Observez devant vous, sur le sol, les 8 fondations de colonnes.
Ce sont les vestiges du jubé de la cathédrale.
Le jubé est une sorte de clôture monumentale élevée dans certaines églises entre la nef et le choeur. Celui-ci a été installé une centaine d'années après la construction du choeur carolingien. Il était peut être surmonté d'une galerie.
Il souligne la séparation entre les fidèles et le clergé. Les chanoines s'étaient donc réservés dans le choeur leurs propre espace, inaccessible aux fidèles. Jusqu'à présent, seuls les exemples médiévaux le laissaient à penser.
En France, les premiers jubés datent du 12e siècle. Ils disparaissent après le concile de Trente au 17e siècle, quand la nouvelle liturgie catholique impose de rendre visible le choeur aux fidèles.
Avançons maintenant un peu plus loin, jusqu'au panneau 17 pour découvrir une des richesses de l'ancienne cathédrale de Notre Dame du Bourg : sa mosaïque.
Merci de continuer votre visite, A tout de suite !
Retour haut de page