Cassel >

Rubrouck

Version mobile
English Néerlandais

Rubrouck

En 1994, le premier jumelage franco-mongol se concrétise ici, entre Rubrouck et Bulgan !

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes devant la maison de Guillaume de Rubrouck juste à côté de l'église Saint Sylvestre. Natif du village au temps de Saint Louis, ce robuste frère franciscain, qui n'avait rien à envier à son futur géant, va nous emmener aux confins de l'Asie centrale, à la cour du grand Khan.
Au 13ème siècle, l'Europe entière tremble devant les invasions des mongols dont Saint Louis aimerait se faire l'allié. Depuis Saint Jean d'Acre où il dirige la 7ème croisade, le bon roi dépêche Guillaume pour une expédition à la fois diplomatique, géographique et évangélisatrice.
Frère Guillaume passera deux années dans les steppes, de 1253 à 1255, parcourant pieds nus ou à cheval, plus de 16 000 kilomètres entre Constantinople et Karakorum, la capitale de l'empire mongol.
A son retour, il prend sa plume pour narrer son périple au roi dans une longue lettre, chef d'oeuvre de la littérature médiévale de voyage, petit bijou d'ethnographie avant l'heure, injustement éclipsé par le récit de Marco Polo, pourtant postérieur.
Guillaume en train d'écrire : A Louis, Seigneur très excellent et très chrétien, Roi des Français par la grâce de Dieu (...) Il est écrit dans l'Ecclésiastique à propos du sage : Il passera par la terre des peuples étrangers, il fera l'épreuve, en toutes choses, du bien et du mal. Cela, je l'ai fait, Seigneur mon roi : puissé-je l'avoir fait en sage et non en sot Toutefois qu'elle qu'en soit la manière, je l'ai fait
Au terme de son périple émaillé d'aventures, Guillaume rencontrera le grand Khan qui organisera même à sa cour une controverse religieuse entre musulmans, chrétiens, catholiques, bouddhistes et idolâtres.
7 siècles plus tard, la mémoire de Guillaume reprend vie dans le village. En 1994, le premier jumelage franco-mongol se concrétise ici, entre Rubrouck et Bulgan, première terre de l'actuelle République de Mongolie foulée jadis par le franciscain.
Et en 1996, le président de Mongolie en personne inaugure la maison de Guillaume, offrant au musée une de ses plus belles pièces: une selle mongole qui s'ajoute aux nombreux objets, costumes et documents témoins de cette culture encore en grande partie nomade.
Depuis, le jumelage est fécond : échanges culturels, voyages, coopération décentralisée, accueil de musiciens mongols... Rubrouck vit à l'heure des steppes, notamment l'été où une yourte est dressée au coeur du village. Démonstration tout de suite avec Michel Deschodt, vice-président de l'association Guillaume de Rubrouck:
Alors une yourte s'est fait en treillage. Les treillages c'est du bois croisé, en accordéon, si on peut dire ça. Ca fait 5 murs. 5 murs ça fait une yourte de 6 mètres de diamètres. On les ouvre. Une fois qu'ils sont ouverts on coince la porte. On monte une couronne au milieu sur 2 pieds. Et après ça on met des perches. Il y en a 81 par yourte, fixées sur la couronne et sur les murs. Donc qui fait un ensemble serré par des sangles faites en poils de chameau. Le tout recouvert par du feutre. C'est vite démonté, c'est vite remonté. Très bien. Au chaud, à l'aise et tranquille.
Mongol d'adoption, Rubrouck n'en est pas moins authentiquement flamand.
Avant de quitter ce village, allez donc jeter un oeil sur le très typique ensemble architectural entourant la hallekerke Saint Sylvestre. Ne manquez pas non plus la motte castrale à côté du presbytère bordé par les eaux. Et passez donc saluer le géant de Guillaume qui vous attend dans l'église non loin des retables.
Les retables justement. Particulièrement nombreux dans le pays de Cassel, nous allons de ce pas vous en parler à l'église d'Arnèke, notre prochain rendez-vous.
Merci de continuer votre visite.
Retour haut de page