Cassel >

La terrasse du château

Version mobile
English Néerlandais

La terrasse du château

C'est le point culminant de la Flandre.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes au sommet du mont, face à la crypte de Robert le Frison. Derrière elle, au centre de la terrasse du château, le monument des trois batailles qui ont rythmé l'histoire du pays de Cassel.
Avec 176 mètres d'altitude, c'est le point culminant de la Flandre dont il domine la plaine. Ajoutez à cette position stratégique de copieuses ressources en eau. Rien d'étonnant à ce que cette butte témoin, relique de l'ère tertiaire, ait été vouée à une destinée guerrière dès l'antiquité.
A l'origine, les ménapiens et les morins, des tribus celtes et germaniques, y installent une forteresse. Puis les romains, un castellum.

Pas si fous ces romains...ils feront de Cassel un centre urbain de premier plan d'où rayonnent 7 voies pavées toujours visibles depuis le sommet.
Au moyen Age, c'est un château fort qui couronne Cassel. Et la collégiale Saint Pierre bâtie par Robert le Frison au 11ème siècle. Détruite avant la révolution, il n'en reste plus aujourd'hui que la crypte sous nos yeux, dernière demeure du Frison.
Février 1071. Robert défait sa belle soeur Richilde de Hainaut alliée au roi de France et leur rafle le comté de Flandre. C'est la première bataille de Cassel.
Août 1328. Deuxième bataille fondatrice entre français et flamands. Le roi Philippe de Valois vient à la rescousse du comte de Flandre Louis de Nevers inquiété par les troubles politiques et sociaux fomentés par les bourgeois, artisans et paysans flamands.
Emmenés par Nicolas Zannekin, les communiers comme on les appelle, manqueront de faire prisonnier le roi de France avant de tomber face à une armée bien supérieure en nombre. Cassel est alors violemment soumise et la révolte étouffée dans le sang, les exactions et spoliations.
Approchez vous de la pyramide des trois batailles. Vous ne remarquez rien de bizarre?
Retour haut de page