Cassel >

En route vers la Collégiale

Version mobile
English Néerlandais

En route vers la Collégiale

Aujourd'hui, c'est le siège du musée départemental de Flandre.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes devant la fontaine en pierre de taille de la Grand Place. De style Louis 15, elle est alimentée par un mystérieux puits cruciforme : une citerne souterraine en forme de croix latine dont la tête est orientée vers le Levant...
...comme les églises...
On ignore sa date de construction mais il est au moins aussi vieux que l'ancien hospice des chanoinesses du 13 ème siècle sous lequel il court sur une trentaine de mètres.
Si vous voulez en savoir plus sur le puits cruciforme, rendez vous à Cassel Horizons, l'office de tourisme des Pays de Cassel installé juste derrière vous. La façade de brique jaune de l'hôtel du Prévost de St Pierre.
Cet ancien hôtel particulier du 18ème abrite aujourd'hui 300 m2 de scénographie ludique et interactive pour découvrir l'histoire, les traditions et les légendes de la Flandre d'antan.
Du temps où Cassel était une châtellenie qui rassemblait neuf " vierschare " ou juridictions soit 54 paroisses. Son siège était l'hôtel de la Noble Cour, cette belle bâtisse du 16ème, classée monument historique en 1910, ce fleuron de l'architecture flamande qui fait l'angle sur votre gauche.
Vous voyez le diable cornu qui vous tire la langue sur la façade?
Toutes les façades de la Grand Place sont émaillées de petits détails de ce genre, singuliers et cocasses, interprétations et déclinaisons régionales de la renaissance italienne. Ouvrez l'oeil.
Du 11ème siècle à la révolution, l'Hôtel de la Noble Cour abritaient deux institutions : la châtellenie donc, pour les responsabilités financières et administratives. Et la cour, pour la justice locale.
Aujourd'hui, c'est le siège du musée départemental de Flandre, seul musée consacré à la mise en valeur de l'identité culturelle flamande, lieu de rencontre unique entre l'art ancien et contemporain.
Dirigez vous vers la Collégiale Notre Dame dont on aperçoit le toit sur votre gauche.
C'est une Hallekerke, une église halle, typique de la Flandre, avec ses trois nefs d'égale hauteur et largeur, contrairement aux églises en forme de croix latine. Nathalie Rocar, guide touristique du pays de Cassel.
Alors cette hallekerke a mille ans. D'ailleurs tous les grès ferrugineux que vous voyez sont des grès d'origine puisqu'à l'époque elle a été entièrement construite en grès ferrugineux. Toutes les briques que vous voyez ce sont des réparations qui ont été effectuées à partir du 17ème, 18ème et 19ème siècle.
C'est dire le caractère composite de la collégiale dont les travaux de rénovation ont permi de mettre au jour les différentes époques qui cohabitent dans l'édifice. Ainsi, dans le choeur central en haut à droite, cette inscription en flamand, témoin de la révolte des Gueux au temps de l'inquisition espagnole :
Alors je vais vous la dire en français ce sera peut-être plus facile. Ici c'est écrit : les habitants de Cassel ont réparé ceci que Bloch, le chef des gueux, avait détruit le 15 juin 1583. Donc là c'est gravé profondément dans la poutre.
Des traces de dorure à la feuille, des décors aux couleurs vives, des figures géométriques...autant de vestiges du passé patiemment révélés sous les enduits du 19ème.
Et la Collégiale Notre Dame est loin encore d'avoir dévoilé tous ses secrets.
En sortant ne manquez pas, derrière la vieille Hallekerke, la chapelle des Jésuites.
De style baroque, achevée fin 17ème, elle a accueilli les jésuites puis les Récollets avant d'être vendue comme bien national à la révolution.
Bien. Quittons la châtellenie de Cassel pour les villages environnants. Direction Noordpeene sur les traces des combats qui décidèrent fin 17ème du sort de la Flandre. Rendez vous devant la maison de la bataille, sur la place de l'église, entre la mairie et la médiathèque.
Merci de continuer votre visite.
Retour haut de page