Carnac >

La pointe du Beaumer

Version mobile
English

La pointe du Beaumer

Cet endroit porte un autre nom donné à l'usage : la pointe Churchill...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes au bout de la pointe de Beaumer.
La plage s'étend sur votre gauche. Cet endroit porte un autre nom donné à l'usage, par les Carnacois : la pointe Churchill , comme Sydney Churchill. La maison flanquée d'une tourelle a appartenu à Sidney Churchill, un ancien officier britannique. Il fut l'un des premiers à venir se reposer à Carnac, cette jolie demeure lui servait de résidence secondaire. Sa femme avait pour neveu un certain Antoine de Saint Exupéry.
Lors de ses séjours à la pointe, le couple jouissait de ce superbe paysage.
Face à vous, la Trinité sur mer avance dans l'océan et semble former une baie avec la pointe Churchill. Sur la droite, une petite terre se détache à l'horizon. C'est l'île de Méaban, une réserve ornithologique. Il y a beaucoup d'oiseaux qui volent à la pointe de Beaumer. Au fond à gauche, la plage du Mên offre un beau point de vue. En breton, son nom signifie pierre noire. Il vient d'un gros rocher que l'on peut atteindre à pied, à marée basse.
Au moins tu sais, toi, océan, - Qu'il est inutile - De rêver ta fin
Eugène Guillevic, l'auteur de ces mots s'est beaucoup inspiré de Carnac dans ses poèmes.
Il y est né en 1907 et c'est l'une des grandes figures de la cité bretonne. Célébré de son vivant, Guillevic obtient en 1976 le Grand Prix de poésie de l'Académie française.
Ce poème, les Rocs, est extrait de Terraqué. Il est lu par Guillevic lui-même.
Ils ne le sauront pas les Rocs
Q'on parle d'eux.
Et toujours ils n'auront pour tenir
Que grandeur.
Et que l'oubli de la marée,
Des soleils rouges.
Ils n'ont pas besoin du rire
Ou de l'ivresse.
Ils ne font pas brûler
Du soufre dans le noir.
Car jamais ils n'ont jamais craint la mort (...)
Eugène Guillevic est mort en 1997 en laissant de nombreux recueils dont l'un a pour titre Carnac.
Pour se faufiler
Dans l'étroit canal
Qui menait au port avant les bassins,
Elles se pressaient, tes vagues,
Lors de la marée,
Elles se bousculaient.
Elles avaient besoin
Que l'interminable
Soit fini pour elle .
Retour haut de page