Carnac >

Centre de Carnac

Version mobile
English

Centre de Carnac

Pendant des décennies, l'église a accueilli l'un des plus grands pardons de Bretagne sud.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes au centre de Carnac. Vous etes sur la place de l'église, devant l'entrée latérale de l'église Saint Cornely. Il s'agit de la face nord du monument.
L'église Saint Cornely date du 17ème siècle, mais en cet endroit de Carnac, on note la présence d'édifices religieux depuis le 9 ème siècle .
Remarquez le clocher, érigé en 1639. Sa base carrée est surmontée de 4 flèches ou pinacles reliés par des balustres. Le tout atteint 40 mètres ! Tout ce que vous voyez est sculpté dans le granit, y compris la structure en forme de couronne qui surmonte la porte, ce baldaquin n'a pas d'équivalent en Bretagne.
Une statuette et deux tableaux colorés surmontent la porte, représentant Saint Cornely et deux boeufs. Saint Cornely est le patron des bêtes à cornes. En entrant dans l'église, levez les yeux et admirer la voûte recouverte de lambris peint, qui raconte la vie du Saint et celle de la Vierge.
Pendant des décennies, cette église a accueilli l'un des plus grands pardons de Bretagne sud, le deuxième dimanche de septembre. L'abbé René Auffret raconte cet épisode dans l'Histoire familière de Carnac, paru en 1972.
Des paysans offraient à Saint Cornely des têtes de bétail. Ces animaux étaient bénis à la fontaine après la grand-messe. Après la procession, ils étaient emmenés par de grands gars glorieux de leur force, tenant ferme et bien haut les immenses drapeaux de velours blanc et rouge. Il se dirigeaient vers un champ sur la route du Ménec.
Le pardon de Saint Cornely a toujours lieu à cette même période.
Au centre de Carnac, vous pourrez aussi découvrir le musée de la Préhistoire, situé juste au-dessus de la place de l'église.
Il rassemble l'une des plus riches collections préhistoriques d'Europe avec plus de 6600 objets et notamment, tous les trésors découverts sur les sites mégalithiques de Carnac. Le musée porte le nom des plus importants archéologues de la région, James Miln et Zacharie Le Rou z ic.
La petite fille de ce dernier , France Thiéblemont, nous raconte les aventures des recherches archéologiques.
Ca a commencé d'abord avec un Ecossais qui s'est intéressé aux choses romaines et il cherchait quelqu'un pour l'aider à porter son sac. Le grand-père s'est intéressé aux menhirs. Ils datent d'avant les Romains, il s'est intéressé à la Préhistoire mais beaucoup de dolmens avaient été vandalisés, de sorte que les pièces importantes étaient déjà parties. Il avait plusieurs tamis différents pour arriver à trouver des choses minimes, par exemple, des petites perles qu'on appelait callaïs.
Retour haut de page