Carnac >

Anse du Pô

Version mobile
English

Anse du Pô

L'Anse du Pô est aujourd'hui un immense parc à huîtres.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
L'Anse du Pô est aujourd'hui un immense parc à huîtres, où seuls les bateaux à fond plat ou pontons ostréicoles peuvent naviguer. Au début du 20ème siècle, les quais pourtant grouillaient d'activité dans un vrai port de pêche.
Les chasse-marée, bateaux de pêche bretons, offrent leurs voiles au vent pour rejoindre le large. Les embarcations se croisent à l'entrée du port, sur les eaux encore profondes de la baie. Sur les quais, marins et ouvriers s'affairent, ils construisent des trois-mâts.
Au fil du temps, le port s'est envasé, le sable s'est déposé, figeant, probablement pour toujours les épaves des bateaux qui ont coulé là.
Cet ancien port de pèche fait le bonheur des ostréiculteurs.
La presqu'île de Quiberon et ses longues plages de sable entre elle et vous s'étendent d'environ 2 500 hectares de parcs dédiés à la conchyliculture.
Les archives des affaires maritimes révèlent que les premiers parcs à huîtres du Pô ont été installés en 1870. Hervé Jénot, ostréiculteur pendant plus de 35 ans dans l'Anse du Pô, nous donne quelques précisions sur ce métier.
On a été obligé de faire de l'huître creuse pour remplacer l'huître plate qui a presque disparu en 1980. Il s'est passé deux phénomènes : un premier parasite en 1971 et un deuxième est arrivé sur l'huître plate en 1980, il s'appelait le bonamia et a fait disparaître l'huitre plate à 95% dans la baie de Quiberon.
Le metier d'ostreiculteur est un peu comme celui d'agriculteur. Ils sont directement en contact avec la nature. Il faut savoir que le produit est 100% naturel. On ne le nourrit pas, c'est la mer qui le nourrit. Pour ceux qui sont sur l'anse du Pô, sur l'estran, le terrain découvert à marée basse, leur travail consiste à aller chercher dans les marais, les produits pour les ramener et les travailler à marée basse. Il faut être sur les parcs, tous les jours pour pouvoir tourner les poches.
Sur votre gauche, les maisons qui occupent l'autre côté de l'anse appartiennent au village de Saint Colomban.
Retour haut de page