Cannes : secrets d'une ville mythique >

Vieux Port

Version mobile
English

Vieux Port

Depuis 100 ans, les pêcheurs réclament une digue.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Vous êtes sur le vieux port, devant la gare maritime. Placez-vous dos à la mer.
Devant vous une double voie : la Pantiero , qui signifie Port en provençal. Derrière, la promenade des allées avec ses platanes, ses peintres et ses boulistes. Devant vous, un peu en retrait, une statue. C'est celle de lord Brougham.
La Jet Set à Cannes, c'est lui. Député, ministre, président de la chambre des lords ; comme beaucoup d'anglais, l'hiver il fuyait son pays pour trouver le soleil.
Ce mois de décembre 1834, il choisit l'Italie. En chemin, il s'arrête à Cannes, et après une nuit de repos poursuit sa route vers Gênes, mais très vite il doit faire demi-tour...
M. Pinchinat : - Bienvenue Monseigneur. Toujours heureux de vous accueillir. Mais je vous croyais en route pour Gênes.
Lord Brougham : - Bonjour Pinchinat . Impossible de passer le Var. La rivière est fermée. Les piémontais et les niçois ont bloqué la frontière.
Pinchinat : - Mais pourquoi ?
Lord Brougham :- Ils ne veulent pas du choléra.
Pinchinat : - Mais on n'en a pas !
Lord Brougham :- Les autres le croient.
Pinchinat : - Qu'ils sont drôles !
Lord Brougham :- Alors je me suis souvenu de votre si charmant accueil d'hier soir et me voici.
Pinchinat : Merci, Monseigneur. Madame Pinchinat , donne tout de suite du vin à lord Brougham. Moi, je vais préparer le poisson. Juste le temps d'aller en chercher sur le quai Saint-Pierre. ( et il ouvre la porte).
Lord Brougham est une personnalité de premier plan. Ses amis anglais le rejoignent à Cannes, bourgade de 4000 habitants. Elle devient à la mode. 30 ans plus tard, il y a 10 000 habitants, 216 villas et 34 hôtels.
Merci my lord.
Regardez ; légèrement à droite de la statue de lord Brougham : l'hôtel Splendid .
Le compositeur Jacques Offenbach a passé là tout l'hiver 1874. Le tourisme, à l'époque, c'était l'hiver.
Sur votre gauche, une esplanade et le vieux port.
Regardons les.
Là où il y a cette esplanade, il y avait une plage. Là où il y a ces quais, il n'y avait rien. Depuis 100 ans, les pêcheurs réclament une digue. Le labech , ce vent de sud-ouest déclenche de véritables tempêtes. Il faut se protéger.
Lord Brougham intervient auprès du roi français Louis-Philippe.
Un anglais a commencé ce port, un autre le finit : le prince Albert Edouard, fils aîné de la reine Victoria, le futur Edouard VII. Il inaugure la jetée qui porte son nom.
Voici la chronique de l'époque :
Il est une heure de l'après midi. Les coups de canons tirés du mont Chevalier annoncent l'ouverture des cérémonies.
La voiture de son altesse royale arrive, escortée par une brigade de gendarmerie. Les troupes forment une haie d'honneur et les clairons sonnent la " Marseillaise " et le " God save the queen ".
Après les discours de bienvenue, le prince de Galles dit quelques mots en français : " Si j'ai pu être utile à la ville de Cannes en aidant à participer aux travaux qui achèvent ce port, sachez que j'en suis très heureux. Je souhaite que cette cérémonie efface 1000 ans d'incompréhension entre nos deux pays ". C'était les prémisses de l'entente cordiale.
Retour haut de page