Cannes : secrets d'une ville mythique >

Eglise du Suquet

Version mobile
English

Eglise du Suquet

Jusque dans les années 1930, on vient ici l'hiver, la saison du tourisme.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Sur la gauche, une tour carrée .
C'est un clocher. La grande horloge date de 1863. Cannes devenait une ville importante, le monde pouvait se mettre à son heure.
Le poète Jean Cocteau était un habitué de Cannes. " C'est un paradis bien sûr. Comment voulez vous qu'il en soit autrement avec tous les saints consacrés sur l'île ? ".
Dans le grand monde cannois, beaucoup d'écrivains.
Stendhal écrit son attachement pour Cannes " on peut y passer en paix le soir de sa vie "
Et puis, Guy de Maupassant vient très souvent ici sur son bateau " bel ami ". Il y a plus d'un siècle, il écrit : " Tout est aimable sur ce délicieux rivage " . Il observe aussi la société qui l'entoure " des princes, partout des princes...dans notre monde, Cannes est devenue la ville des titres... "
Jusque dans les années 1930, on vient ici l'hiver, la saison du tourisme. Un matin de janvier, Colette, l'auteur des " Claudine " voit ses vitres battues par la pluie. " Ce n'est pas un temps pour Cannes. Cette mode de Paris ne prendra pas ici ".
Le poète Frédéric Mistral ne pouvait qu'être d'accord. " Cannes c'est un ciel toujours clément ".
Tout comme Prosper Mérimée : " Ici, disait- il , je vis sous le plus beau ciel du monde, ..... à la manière des lézards ".
Lézarder au soleil c'est peut-être lui qui a lancé l'expression.
Tournez maintenant un peu votre regard vers la droite. Tous ces immeubles c'était la partie anglaise de Cannes. Il y avait là une centaine de villas.
Il y en a une, cachée : la villa Victoria, baptisée en l'honneur de la grande reine d'angleterre. Son constructeur ? Sir Thomas Robinson Woolfield . Le voici. Il converse avec son ancien jardinier, devenu agent immobilier et constructeur, John Taylor.
La scène se passe il y a près de 150 ans.
Woolfield : " Félicitations, John : mimosas, palmiers et eucalyptus se sont bien acclimatés. Le soleil de Cannes vaut celui de l'Australie.
Taylor : A Londres, le " journal of horticulture and cottage gardener " vient de nous féliciter.
Woolfield : Vous avez fait un très beau parc. Tout Cannes nous copie.
Taylor : et copie l'une ou l'autre des 21 villas que vous avez construites.
Woolfield : Il le fallait bien. J'ai beaucoup d'amis.
Taylor : Et le monde entier veut venir ici ".
Un peu plus loin, le long de la mer, l'autre Cannes : La Bocca avec Thales Alenia Space Industries. Quelques 1 400 personnes, dont 850 ingénieurs environ, pour y fabriquer des satellites.
Plus loin encore, d'autres immeubles : c'est Mandelieu - La Napoule.
Son golf fut le premier de Cannes. Toujours chic. Pour y jouer, il faut un bon classement.
Au fond à gauche, Théoule puis les collines de l'Estérel.
Au sommet, un relais de télévision : le Pic de l'Ours . Cannes, c'est aussi avec la télévision une histoire d'amour d'aujourd'hui et d'hier : la charte de l'eurovision a été signée ici.
Plus loin encore, derrière les collines : Saint-Raphaûl et Saint-Tropez.
Toujours à droite, mais plus proche de nous : les collines de mimosas. Elles sont entièrement jaunes en janvier - février.
De l'autre côté à droite encore des collines. C'est super Cannes. A son sommet, un château d'eau en forme de tour crénelée. A côté à droite l'observatoire, aujourd'hui fermé.
Reste à terminer ce cercle panoramique avec le cap qui sépare la rade de Cannes de celle de Golfe-Juan, et puis bien sûr la Croisette.
Il n'y a pas si longtemps, il n'y avait là que des dunes et une petite croix. Crousette en provençal, croisette en français. Voilà d'où viendrait ce nom.
Retour haut de page