Caen: le fief de Guillaume le Conquérant, Duc de Normandie et roi d'Angleterre >

L'église Saint-Pierre

Version mobile

L'église Saint-Pierre

Nous sommes face au chevet de l'église Saint Pierre, à l'angle du boulevard des Alliés et du Général Leclerc...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes face au chevet de l'église Saint Pierre, à l'angle du boulevard des Alliés et du Général Leclerc...
Guillaume le Conquérant nous attend dans le Caen du Moyen Age
Guillaume le Conquérant : Mes chers amis, le coeur de la ville médiévale se trouve là où vous êtes. La rivière de l'Odon coule alors sous vos pieds, et le pont Saint Pierre enjambe l'ancien port. Les bateaux, profitant de la marée montante, ne cessent de partir et de revenir. Ils exportent vers l'Angleterre la fameuse pierre de Caen, et retournent en France chargés de laine pour la fabrication des draps normands.
Au pied de mon château, l'église Saint Pierre existe déjà.
François Saint James nous en parle :
Cette église c'est le coeur de la ville et c'est la plus riche paroisse de la cité. On pense que l'église a été fondée à l'époque mérovingienne mais elle a été reconstruite entre le 13éme et le 16éme siècle et son clocher considéré comme le roi des clochers normands est un chef d'oeuvre de l' architecture gothique. Sa flèche a servie de modèle à quantité d'autres clochers des environs . Alors cette architecture joue sur l'ombre et la lumière. Les normands sont particulièrement amateurs de moulures et ces moulures, elles accentuent encore la verticalité de cette flèche qui , détruite en 1944, a heureusement été restaurée à l'identique.
Regardons le chevet devant nous...
? l'origine, l'église se terminait par un chevet plat. (...). ? la fin du 15e siècle, une tempête abat ce chevet. Et le roi Louis 11, de passage à Caen, autorise les bourgeois à reconstruire un nouveau choeur avec déambulatoire et chapelles. Pour cette construction ambitieuse, il a fallu enfoncer dans les vases du port de la ville des troncs d'arbre. Et sur ces pilotis, on a édifié ce choeur Renaissance.
N'hésitez pas à visiter ce chevet. Vous découvrirez des clefs de voûte spectaculaires qui rappellent les stalactites et les stalagmites des grottes. Cette dentelle architecturale est réalisée en pierre de Caen.
Dominique Lanrouilly, responsable du service carrière à la ville de Caen, détaille chaque phase de travail de cette fameuse pierre
Il faut respecter le lit naturel de la pierre, c'est-à-dire le lit naturel des sédiments qui ont été déposés dans le temps. Il faut naturellement respecter ce sens du lit quand on met la pierre en oeuvre dans un bâtiment, dans une construction. Alors c'est une pierre qui est facile à extraire en carrière puisqu'elle est gorgée d'eau. C'est une pierre qui a entre 24 et 25 % de porosité en gros. Donc, ce qui permet une extraction plus facile des blocs.
La phase de ressuyage
Donc une fois qu'on a extrait un bloc de pierre de Caen, on ne peut pas l'utiliser tout de suite parce qu'il y a trop d'eau dans la pierre. Donc, il faut une période de ressuyage de l'eau. C'est-à-dire que l'eau s'évapore des pores de la pierre. Et après, attendre 2 à 3 mois avant que le maximum d'eau de cette pierre soit parti pour pouvoir la travailler en fait.
La pierre de Caen est un calcaire très tendre qui se pare heureusement d'une pellicule très dure qu'on appelle le calcin qui se forme en surface de la pierre, qui résulte de la cristallisation des sels contenus dans la pierre, qui permet de protéger au fil des siècles la pierre des intempéries et des agressions.
Et la pierre de Caen, en défiant les lois du temps, se transforme en mémoire de l'Histoire !
Partons maintenant vers le port où les tripes succombent à la mode de... Caen !
Merci de continuer votre visite. A bientôt.
Retour haut de page