Caen: le fief de Guillaume le Conquérant, Duc de Normandie et roi d'Angleterre >

L'Abbaye aux hommes

Version mobile

L'Abbaye aux hommes

Les somptueux bâtiments que vous voyez devant vous ont été reconstruits au 18e siècle.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes au bout de l'allée des jardins de l'Hôtel de ville de Caen...
Les somptueux bâtiments que vous voyez devant vous ont été reconstruits au 18e siècle. Leurs murs accueillent aujourd'hui l'hôtel de ville. Mais filons en 1066. Le chantier de l'Abbaye aux Hommes commence. François Saint James :
La construction de l'abbaye coïncide avec la conquête du trône de l'Angleterre par Guillaume. Et l'argent anglais affluant alors en Normandie va payer la construction de cette église. Ce bâtiment va servir de modèle pour de nombreuses églises anglaises, les cathédrales, les abbayes : Durham, Manchester, Peterborough... Toutes sont les filles de Saint Etienne de Caen.
Regardons le chevet de l'abbaye à droite...
A la fin du 12e siècle, Henri de Plantagenêt, descendant de Guillaume le Conquérant, passe Noûl à Caen. Et il trouve le tombeau de son illustre ancêtre pas assez prestigieux. Il décide donc d'abattre le choeur roman et on va reconstruire un nouveau choeur gothique avec déambulatoire qui sera le modèle des cathédrales de Coutances, Bayeux, Lisieux...
Au Moyen Age, une soixantaine de moines vivent dans cette abbaye dédiée à Saint-Étienne car, le père de Guillaume, au retour d'un pèlerinage, aurait rapporté une relique de ce saint.
Mais, Guillaume le Conquérant, lui, comment est-il mort ? Ecoutons-le
Guillaume le Conquérant : En l'an 1087, Philippe 1er le roi de France, se moque effrontément de mon embonpoint en s'écriant : " Quand le roi d'Angleterre fera ses relevailles ! ". Les relevailles sont la cérémonie qu'une femme doit accomplir à l'église après avoir accouché. Furieux de cet affront, je jure de faire " mes relevailles " à Notre Dame de Paris avec 10 000 lances en guise de cierges ! Je fonce avec mon armée sur Paris, et ravage sur mon passage Mantes-la-Jolie. En me promenant dans la cité en flammes, une chute sur le pommeau de ma selle déclenche une éventration interne. Je suis rapatrié à Rouen où j'agonise dans des souffrances abominables.
Mais l'histoire n'en reste pas là comme nous le raconte François Saint James
1087, lors de l'enterrement de Guillaume le Conquérant à l'Abbaye aux Hommes, un bourgeois se lève dans la foule et crie: " Haro, haro ! ". La clameur du haro est un héritage du droit scandinave. C'est un cri sacré pour réclamer la justice. On interrompt les funérailles du roi et on demande à ce bourgeois pourquoi est-ce qu'il a osé ainsi interrompre cette cérémonie importante. Il dit : " Guillaume a pris un terrain à mon père pour bâtir cette église et ne l'a pas payé. ". Les prélats en sont de leur poche et vont payer 60 sous à ce bourgeois pour pouvoir enterrer le roi dans le choeur de l'église.
bruitages
Aux 16e siècle, pendant les guerres de religions, l'Abbaye va être pillée par les Protestants. Et les soldats vont profaner la tombe du conquérant. Le pauvre Guillaume n'a pas eu de chance puisqu'on va jeter ses ossements à la rue.
N'hésitez pas à visiter l'abbaye où vous verrez la pierre tombale de Guillaume qui renferme son fémur gauche. La longueur de cet os nous renseigne sur la taille du roi : 1 m 73. Un grand homme pour l'époque, au sens propre comme au figuré !
L'Abbaye au Hommes est la dernière étape de notre parcours découverte de Caen sur les pas de Guillaume le Conquérant
Pour tout renseignement sur cette ville qui vous réserve encore de belles surprises, adressez-vous à l'Office de Tourisme.
Nous vous souhaitons un agréable séjour et vous invitons à poursuivre la visite du fief de Guillaume le Conquérant. ? bientôt.
Retour haut de page