Briançon >

Place Médecin-Général-Blanchard

Version mobile
English Italien

Place Médecin-Général-Blanchard

Cette place était à l'origine le jardin du couvent des soeurs Ursulines, installées dans la ville en 1632

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Cette place était à l'origine le jardin du couvent des soeurs Ursulines, installées dans la ville en 1632. A la Révolution, le jardin des Ursulines devint celui du Gouverneur militaire de la ville. Par la suite, devenu Place de la Paix, il se transforma en promenade. Aujourd'hui la place porte le nom de Raphaël Blanchard, médecin militaire qui, convaincu de l'effet bénéfique du climat, a aidé la Ville à obtenir son classement en station climatique en 1914.
Lorsque l'on s'approche du parapet on peut découvrir en contrebas une partie sauvegardée de ce jardin ancien, oasis de verdure niché au pied du rempart. Un magnifique parterre de fleurs fait pendant à un jardin potager à la mode du 18e siècle, planté des légumes et des simples que l'on cultivait à cette époque.
A partir de l'angle du bastion, la vue s'étend sur le centre-ville de Briançon. A l'origine hameau agricole, ce quartier s'est développé à partir du 19e siècle, quand la Ville haute, corsetée par ses remparts et ne disposant plus de l'espace nécessaire, a enjambé ses murs pour conquérir le bas de la pente.
Un grand jardin public, le parc de la Schappe, attire le regard, avec ses pelouses, ses arbres, son aqueduc et sa pièce d'eau. Le bâtiment de proportions imposantes qui le borne faisait partie de l'usine du même nom, créée au milieu du 19e siècle pour traiter les déchets de soie et qui a été en son temps la plus grande usine des Alpes Françaises.
Un regard vers les sommets permet d'embrasser d'un coup d'oeil trois siècles de fortifications de montagne, depuis la barrière conçue par Vauban et ses successeurs au 18e siècle, la plus proche de la ville, jusqu'aux forts de la fin du 19e siècle, dits Séré de Rivière, qui coiffent les sommets, et aux fortifications creusées dans la roche de la ligne Maginot.
Retour haut de page