L'une des plus PETITES réserves de France, mais une GRANDE biodiversité !


Armé de jumelles... et de patience..., j'ai pu observer le très discret blongios nain ou le furtif martin pêcheur. Beau tableau de chasse pour une matinée de randonnée, non ?

Bruno Reguet

La réserve naturelle nationale de l'étang Saint Ladre

Version mobile
English Néerlandais
  • Accueil

    1. Accueil

  • La vallée de l'Avre

    2. La vallée de...

  • L'entretien du marais

    3. L'entretien d...

  • Le marais sauvage

    4. Le marais sau...

  • La roselière

    5. La roselière

  • Les prés tourbeux et le blanchiment sur pré

    6. Les prés tou...

  • Huit siècles d'exploitation de la tourbe.

    7. Huit siècles...

  • Les tremblants de l'étang Saint Ladre

    8. Les tremblant...

  • Les sources de l'étang et l'épidémie de choléra de 1849

    9. Les sources d...

  • Les marais environnants

    10. Les marais e...

x

Petite par la taille... grande par les richesses

Bienvenue dans l'une des plus petites réserves naturelles de France. Classé en 1979, ce site est unique en Europe. Nulle part ailleurs qu'ici, sur les bords de l'Avre, aux portes d'Amiens, on ne trouve une telle étendue de tourbière alcaline. C'est dire l'enjeu considérable de la protection de la réserve et de toutes les espèces qui y sont associées.

Et des espèces, la réserve nationale de l'étang Saint Ladre n'en manque pas. Côté faune, elle abrite le cortège typique des oiseaux nichant dans les marais, comme le martin pêcheur d'Europe    ou la

Rencontre avec...

Ch'Mariel : conteur picard. Il anime des visites guidées de la réserve en picard. Pour les non initiés va falloir s'accrocher. Voyez plutôt le début de l'histoire de l'épidémie de choléra de 1849 à Boves : " alorse, éj sus té vir cho qu'i s'étoèt passié él fanmeusse énnée éd...1849... éne énnée noérte à Boves !   
gorgebleue à miroir    . 39 espèces de libellules et 19 espèces de papillons de jour peuplent également le site. Côté flore, on recense 285 plantes, sans oublier les " tremblants ", ces étranges radeaux flottants composés de joncs et de fougères    .
C'est à la tourbe que le paysage doit sa physionomie d'aujourd'hui. 8 siècles d'exploitation ont façonné la vallée, inscrite dans le plateau crayeux picard.   . Lieu d'expression par excellence de la vie sauvage, la réserve est néanmoins marquée par la main de l'homme. Par les tourbiers donc qui extrayaient ce combustible malodorant et peu calorifique   . Par les blanchisseurs aussi qui utilisaient la haute teneur en calcium de l'eau pour faire blanchir le linge dans les prés. A la fin du 19ème siècle, le petit village de Boves comptait pas moins d'une centaine de blanchisseries.
Si elles ont disparu aujourd'hui, le sol et les maisons gardent les traces de leur mémoire. Mais place maintenant à la conservation et à la gestion de ce patrimoine naturel exceptionnel. C'est le travail des équipes du conservatoire des espaces naturels de Picardie    qui oeuvrent pour préserver ici une mosaïque des différents stades d'évolution des milieux. Objectif : maintenir la plus grande diversité biologique possible    . Pour le plus grand bonheur des randonneurs.

[ Accès à la carte Accès à la carte ]

Le mot

 chés pieds porris . Comprenez : " les pieds trempés ".C'était le surnom des habitants de Boves au 19ème siècle.   
Version mobile
English Néerlandais
Retour haut de page

Photo de gauche :
Par Voxinzebox