Bougival >

Le Musée européen Ivan Tourguéniev

Version mobile
English

Le Musée européen Ivan Tourguéniev

Une histoire d'amour franco-russe qui perdure

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le musée européen Ivan Tourguéniev
Nous sommes aux Frênes, dans la propriété de Tourguéniev et de Pauline Viardot, une villa directoire voisine d'un chalet, dit " datcha ". L'écrivain russe l'a acquise au milieu du 19ème siècle.
Tourgueniev aimait beaucoup la France et ses auteurs.
Bercé par Voltaire ou Rousseau, il révérait Flaubert, Maupassant ou Mérimée, des écrivains avec qui, il a d'ailleurs entretenu une longue correspondance.
Mais ce n'est pas l'amour des lettres qui l'a amené à s'installer à Bougival. Alexandre Zviguilsky est le conservateur-fondateur du musée Tourguéniev :
Pourquoi Bougival ? Tout simplement parce qu'il était amoureux. Il était amoureux d'une femme mariée qui s'appelait Pauline Viardot et aux côtés de laquelle il a vécu pendant 40 ans, c'était une très jeune cantatrice qui l'a frappé non pas par sa beauté, parce qu'elle se distinguait au contraire par la laideur, mais par son jeu dramatique et par une voix tout à fait exceptionnelle. Il l'a entendue chanter dans le Barbier de Séville, il est tombé amoureux d'elle et donc il l'a suivie partout depuis 1843 puisqu'il est mort 40 ans après dans la chambre à côté.
Cette propriété est d'ailleurs un cadeau offert par Tourguéniev à sa belle. Une femme mariée avec qui il a entretenu une relation amicale, affectueuse, ou platonique, nul ne sait vraiment....
...et mieux vaut garder le mystère!
Une stèle à leur effigie représente d'ailleurs cet amour devant la maison. Une copie du monument se trouve à l'institut des relations internationales de Moscou : car c'est aussi le symbole de l'amitié franco-russe.
Pendant toutes ces années Ivan Tourgueniev a évidemment continué à écrire, n'hésitant pas à s'inscrire à contre-courant en Russie, au nom du progrès social. Alexandre Zviguilsky :
Tourgueniev a contribué à l'abolition du servage en Russie , 50 millions de serfs qui étaient la propriété de 100 000 propriétaires dont lui était, il était propriétaire, il était contre ce statut, il voulait donc libérer ces paysans et donc c'est l'homme qui a persuadé le tsar et qui a écrit un livre "Les mémoires d'un chasseur" dans lequel justement il prend la défense du paysan russe en montrant son côté spontané, son côté naturel et puis d'homme asservi subissant les injustices et les brimades des seigneurs.
Un réformateur social ! Citons encore Moumou, une nouvelle dans laquelle il brosse également le portrait d'un jeune homme asservi, ou Fumée, un roman à lire absolument !
Et pour ceux qui souhaiteraient se plonger davantage dans l'univers d'Ivan Tourgueniev, le musée recèle des trésors : des lettres et des ouvrages qui montrent à quel point l'écrivain a marqué son temps et les relations franco-russes.
L'occasion de découvrir qu'il est à l'origine de la loi de 1901 sur les associations, des statuts qu'il avait inventés avant l'heure.
Ivan Tourgueniev était vraiment un visionnaire, un précurseur.
Retour haut de page