Bougival >

L'Eglise Notre Dame de l'Assomption

Version mobile
English

L'Eglise Notre Dame de l'Assomption

Querelle de clocher

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
L'Eglise Notre Dame de l'Assomption
L'église de Bougival est une église romane, de la première moitié du 12ème siècle, qui a subi de nombreuses transformations. Aujourd'hui elle mêle donc art roman, gothique et art nouveau.
Elle a d'abord été incendiée par le prince de Galles en 1346...
Puis, au 19ème siècle l'édifice menace de s'effondrer, le clocher est en train de s'affaisser.
Le terrain est de la glaise. Le clocher a vrillé sur ses bases ce qui fait que l'église a bougé aussi, et les murs se sont fendus. L'église est donc devenue dangereuse.
On sollicite alors les meilleurs spécialistes pour sauver ce joyau : un clocher dont la flèche est en écailles de pierre....
Mais leur verdict est sans appel :
au vu des dommages, mieux vaut édifier un nouveau clocher...et faire tomber celui-ci
Détruire notre clocher, c'est hors de question, il doit bien y avoir une solution !!!
C'est le statu quo...pendant 35 ans le clocher de Bougival, c'est un peu la tour de Pise des Yvelines, jusqu'à ce qu'un nouvel appel à projet soit mené.
En 1895, Lucien Magne relève le défi : il consolidera le clocher.
Marie-José Rosset, vice-présidente de l'Office de Tourisme.
Je suppose qu'il a du implanter des pieux jusqu'à un endroit de terre ferme et ce qui fait qu'il a pu rattraper, consolider les fondations et c'est à ce moment-là que les travées ont été ajoutées et que le porche a été ajouté.
Rendons hommage à cet ingénieur téméraire, élève de Viollet-le-Duc, mais aussi aux généreux donateurs comme messieurs Jomard et Monrival sans qui la réfection du clocher n'aurait pas eu lieu. L'abbé Quentin, le curé de l'époque, a été lui aussi l'un des artisans de la réussite de cette restauration.
Il est d'ailleurs représenté dans l'église, saurez-vous le trouver ?
On vous aide ? Vous le trouverez sur l'un des piliers, sous l'orgue.
Cette église a donc beaucoup souffert... et en 1944, elle est de nouveau touchée..!
Cette fois ce sont les vitraux qui sont soufflés par l'explosion d'une péniche allemande pleine de munitions sur la Seine. La déflagration est tellement forte qu'un bon nombre de bâtiments sont endommagés dans le haut de Bougival.
Heureusement les vitraux de l'apocalypse de st-jean sont restés intacts ! Oui, ce sont les vitraux de la travée nord qui ont été détruits.
Sachez enfin que Rennequin Sualem, le constructeur de la Machine de Marly est enterré dans l'église...
Il y a tellement à dire sur cette église, classée monument historique, que nous vous conseillons de passer par l'office de tourisme pour en savoir plus sur les nombreuses histoires et anecdotes qu'elle recèle.
Retour haut de page