Bordeaux vu par Lila >

Le Musée d'Art Contemporain

Version mobile
English

Le Musée d'Art Contemporain

Le Musée d'Art Contemporain ou l'ancien entrepôt des Denrées Coloniales...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes au numéro 7 de la rue Ferrère, devant l'entrée du Musée d'Art contemporain de la ville de Bordeaux.Lila a depuis toujours une imagination galopante. En un rien de temps, elle arrive à se projeter dans des siècles antérieurs. Cette fois-ci, son esprit l'entraîne sur les quais du port de Bordeaux au 19ème . >

Cet " entrepôt " est devenu aujourd'hui le CAPC : le musée d'art contemporain. Il lui suffit de pousser la porte et le charme du lieu opère encore au 21e siècle.
Les galeries immenses, les poutres et les voûtes anciennes la subjuguent. Myrtille Bourgeois, médiatrice au musée, l'accueille.
Donc ce bâtiment a été sauvé en 1973. Il a été inscrit au patrimoine, donc au monument historique. Et c'est vraiment à partir de ce moment-là que il a commencé à recevoir des associations, des festivals, spectacles de danse, Mais c'est à partir de 1984 qu'il est véritablement devenu musée d'art contemporain, et qu'il s'est lancé dans une programmation extrêmement ambitieuse où de très grands de l'art contemporain sont venus exposer en ses murs.
Lila est envoûtée par cet endroit à l'architecture à la fois massive et épurée. Myrtille Bourgeois s'en aperçoit
C'est un lieu vraiment à part parce que déjà il est basé sur l'harmonie et ça on le retrouve directement dans l'architecture même parce que tout est construit dans cet espace à partir d'un module carré qui va se répéter au fur et à mesure de votre visite. Donc du coup, vous évoluez dans un lieu oui à part, étrange, presque spirituel. On est presque dans une ambiance religieuse.
Lila ressent les vibrations des artistes que le musée a accueillis à ce jour. Parmi eux, Daniel Burren, Gibert and George et aussi Andrée Putmann qui a créé le mobilier. >
Mon préféré, c'est Keith Haring !
Cet artiste New Yorkais, enfant du pop art et reconnaissable à sa symbolique colorée, dénonce avec son graphisme proche du dessin d'enfant la guerre, la drogue, les préjugés raciaux et sexuels.
Vous savez ce qu'a déclaré Keith Haring ? Il a dit : Ma contribution au monde est ma capacité à dessiner !
Lors de sa venue ici en 1985, l'artiste américain a laissé une empreinte peu commune dans le musée.
Il est venu ici pour réaliser une fresque sur les 10 commandements. Ce qu'il a fait, et fin du fin, il nous a aussi livré une oeuvre in situ, une autre fresque mais cette fois-ci dans l'ascenseur. Elle est rouge et vous pouvez toujours la voir. Il vous suffit de monter, et lors de votre ascension, vous verrez se dérouler des personnages qui n'en formeront plus qu'un donc à votre arrivée au deuxième étage.
Bien. Suivons maintenant Lila vers le quartier des antiquaires où les styles anciens se marient au moderne !
Pour connaître les informations de guidage, appuyez sur la touche étoile de votre téléphone... C'est à vous !
? la sortie du musée, prenez la première à droite : la rue Foy. Traversez le cours Xavier Arnozan, et empruntez dans le prolongement la rue Notre Dame. Au numéro 73, devant la vitrine de la boutique RKR, Lila vous attend.
Retour haut de page