Bordeaux et ses environs en tramway >

Stade et quartier du Parc de Lescure

Version mobile
English

Stade et quartier du Parc de Lescure

Coupe du monde de football 1938 : Brésil -Tchécoslovaquie.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes face à l'entrée monumentale du Stade Chaban-Delmas.
Ce stade est construit en 1935 pour accueillir un match de la Coupe du monde de football de 1938 entre le Brésil et la Tchécoslovaquie.
Il est le premier au monde à posséder des tribunes entièrement couvertes et sans aucun pilier.
Pour contenter pleinement la visibilité du public !
Qui dit Bordeaux, dit l'intrépide équipe des Girondins : le FCGB !
Le Football Club Girondins de Bordeaux est fondé en 1881.
Et un siècle plus tard, pendant les années 1980, les Girondins seront l'équipe-phare du football français sous la houlette du célèbre entraîneur Aymé Jacquet.
Anciennement appelé Parc Lescure, ce stade porte désormais le nom de l'homme politique Jacques Chaban-Delmas qui fut maire de Bordeaux de 1947 à 1995, Président de l'Assemblée nationale à trois reprises et Premier ministre de 1969 à 1972 .
Si le sport n'est pas en reste à Bordeaux, la ville attire aussi la politique comme un aimant.
La preuve : lors des guerres de 1870, 14/18 et 39/45, 3 gouvernements se sont repliés sur Bordeaux lors des invasions ennemies !
Vous voyez les quatre grands vases en mosaïque disposés de chaque côté de l'entrée du stade ?
Regardez-les bien : ils mesurent 7 mètres de haut et font l'éloge du sport en représentant des athlètes.
Ces 4 pièces monumentales sont l'oeuvre du céramiste bordelais, René Buthaud , qui connaît une renommée internationale à partir des années 1930.
Robert Coustet , professeur émérite d'histoire de l'art, évoque cet artiste et vous invite aussi à flâner dans le quartier du Parc Lescure dont les maisons respirent l'élégance du style Art déco. Mais savez-vous que le style Art déco possède une touche singulière à Bordeaux ?
René Buthaud s'est formé à l'école des Beaux Arts de Bordeaux en tant que graveur. Il a obtenu le grand prix de l'Ecole de Rome de gravure, mais il est célèbre comme céramiste. C'est l'art dans lequel il s'est spécialisé. Il a obtenu un triomphe à l'exposition des arts décoratifs dès 1925. ? partir de ce moment-là, il a bénéficié d'une clientèle parisienne, des magasins Prima Vera, d'une clientèle américaine et beaucoup de bordelais où il a installé ses ateliers. Et son art se caractérise par des formes classiques, mais auxquelles ils joutent un décor figuré.
Et quelle est la particularité de l'Art déco à Bordeaux ?
Le quartier du parc de Lescure autour du stade municipal explique parfaitement l'engouement des bordelais pour le style des arts décoratifs. Ils se sont rendus en grand nombre à l'exposition parisienne de 1925 et ils y ont vu des décors, des formes qui leur ont plu parce que cela semblait correspondre à une modernité qui n'était pas en rupture avec la tradition. Et c'est ainsi que dans ce quartier, on a multiplié des maisons, des décors qui sont à la fois modernes mais de bon goût aux yeux des bordelais, et qui établissent une sorte de continuité avec le passé, en particulier avec le style Louis 16 de la ville.
Quand Théophile Gautier découvre la ville, il écrit
Bordeaux a beaucoup de ressemblance avec Versailles pour les bâtiments. On voit qu'on a été préoccupé de cette idée de dépasser Paris en grandeur ; les rues sont larges, les maisons plus vastes, les appartements plus hauts.
Bordeaux avec son architecture classique est une ville magique qui semble se déployer à l'infini sous nos pas en faisant découvrir ses places et ses jardins.
En 2003, la ville se transforme avec l'apparition du tramway !
Philippe Kandel , responsable clientèle Tram et bus de la communauté urbaine de Bordeaux, était présent le jour de l'inauguration
Oui, le tram est arrivé le 20 décembre 2003. Ça a été un bouleversement total pour le réseau, pour la ville qui a été surtout marquée par cette liesse de 60 000 personnes, plus de 60 000 personnes dans Bordeaux qui venaient accueillir ce nouveau système que tout le monde attendait avec des participations qu'on n'avait jamais connues...
Et puis depuis, eh bien c'est un ruban qui se développe dans toute l'agglomération. C'est un lien entre les différentes communes. C'est la vie qu'on observe au quotidien avec des grands mouvements vers le campus. Avec une activité commerciale à des endroits qu'on n'attendait pas. Des fréquentations le dimanche pour aller se promener. C'est la promenade du dimanche. On y vient de partout. C'est le nouveau lien de l'agglomération.
11 artistes ont pu exprimer leur talent sur les différentes lignes du tramway qui propose ainsi un musée d'art moderne à ciel ouvert. Bon voyage !
Retour haut de page