Béziers >

Ecluses de Fonseranes

Version mobile
English

Ecluses de Fonseranes

L'idée de construire ce raccourci fluvial existait depuis l'Antiquité...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes aux écluses de Fonseranes. Installez-vous sur la petite passerelle au dessus du canal du midi.
C'est à 50 kilomètres d'ici à Sète et plus précisément à l'étang de Thau que démarre le Canal du Midi. Il relie la Méditerranée à l'Atlantique, via la Garonne. L'idée de construire ce raccourci fluvial existait depuis l'Antiquité. Mais c'est un habitant de Béziers qui l'a concrétisée, Pierre-Paul Riquet, au 17ème siècle.
Après avoir fait fortune en prélevant l'impôt sur le sel pour l'Etat, l'ancien fermier des Gabelles du Languedoc se met en tête de réaliser le rêve de son enfance. Il a déjà 54 ans. Pour que le canal soit en eau toute l'année, Pierre-Paul Riquet a l'idée de créer en amont le plus grand lac artificiel jamais conçu. Ce sera celui de St Férréol en Haute Garonne. Il ne reste plus qu'à trouver l'argent
Le 15 septembre 1662, Riquet obtient enfin un rendez vous avec Colbert, l'intendant des finances de Louis XIV. Imaginons un instant ce moment historique :
- Monsieur Riquet. Vous vouliez me voir. Mgr l'Archevêque de Toulouse a tellement insisté.
- Oui, Monsieur Colbert. Comment vous convaincre de réaliser ce canal ? Sa majesté a certainement compris l'intérêt pour le royaume d'un tel ouvrage.
- Certes. Certes. Mais qui paiera ?
- Je suis prêt, Monsieur Colbert, à engager mes biens personnels
- Laissez sa majesté réfléchir...
Quatre ans plus tard, l'Édit de Saint-Germain-en Laye ordonne la construction du canal. Pierre-Paul Riquet finance la première tranche des travaux entre Toulouse et Trèbes. Il faudra 14 années pour terminer l'ouvrage. Ruiné, son inventeur ne verra pas l'inauguration. Il meurt le 1er octobre 1680 quelques mois à peine avant les derniers coups de pioche.
Grâce à ce canal, le commerce se développe entre la Méditerranée et l'Atlantique. Béziers connaît alors une grande période de prospérité. Aujourd'hui ce sont les plaisanciers qui naviguent sur ce canal. Ici par exemple, ils franchissent 7 écluses, l'une après l'autre. Un vrai spectacle !
" Bonjour ! Vous restez ici hein, dans la première écluse. Et vous vous amarrez ici à l'avant et à l'arrière.
Gina Martinez, éclusière
On utilise donc un bassin vide pour faire les montées. Parce qu'il y a une grosse gerbe d'eau qui va arriver.
S'il vous plaît ! Deux personnes à terre ! Et vous gardez les cordes pour passer de bassin à bassin. Ok ? Et vous pouvez avancer avec le moteur.
Une fois que le 3ème sera entré ?
On fermera les portes. Et ensuite on recommence la même manoeuvre. Et ça jusqu'en haut. L'eau va monter, monter. Jusqu'en haut !
On vient de Lyon là....
Voila une plaisancière en pleine montée du Canal
Non, mais on n'est pas pressés ! On veut aller jusqu'à Toulouse, peut être plus loin, on verra. Nos vacances, on les a depuis 20 ans, on est à la retraite ! (Rires) Mais enfin, çà c'est un peu spécial quand même hein ! "
Pour le passage des 7 écluses de Fonseranes, il faut compter 45 minutes.
La 8ème écluse et la 9ème ne sont plus en service depuis la création au milieu du 19ème siècle du pont Canal qui enjambe le fleuve Orb. En repartant d'ici, ne le manquez pas, il se voit en rentrant dans Béziers.
Les écluses de Fonseranes sont la dernière étape de votre découverte de Béziers, si vous avez commencé votre parcours sur le plateau des Poètes.
Sinon, vous pouvez choisir le numéro d'un autre commentaire.
Nous vous souhaitons de passer un agréable séjour en biterrois, à la découverte de ce pays riche de traditions, de souvenirs et de paysages qui vous réservent encore bien des surprises.
A bientôt
Retour haut de page