Béziers >

Cathédrale

Version mobile
English

Cathédrale

Cette cathédrale a été élevée sur le point le plus haut de la ville, à un peu plus de 70 mètres d'altitude.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes devant la Cathédrale de Béziers
Musique religieuse . Orgue ou autre
Cette cathédrale a été élevée sur le point le plus haut de la ville, à un peu plus de 70 mètres d'altitude.
Il ne reste aujourd'hui presque rien de l'édifice bâti au 7ème siècle mis à part les deux travées droites du choeur qui sont encore debout. C'est lors du massacre de 1209, l'attaque des croisés contre les cathares, que la première cathédrale a brûlé.
On dit parfois qu'elle s'est fendue comme une grenade. L'expression militaire n'est peut être pas innocente car à partir du milieu du 13ème siècle, cet édifice religieux a été reconstruit comme une forteresse. Regardez cette façade par exemple, on dirait un château fort. Maître Gervais, son bâtisseur, l'a équipée de créneaux, de mâchicoulis et de meurtrières.
Au même moment pourtant, les murailles de la cité ont été laissées à l'abandon. L'évêque redoute surtout le tiers état, pas les hérétiques. Une révolte du petit peuple plutôt qu'une nouvelle guerre de religion.
Cet extérieur dans un style typique du gothique méditerranéen contraste nettement avec l'intérieur. On y trouve des vestiges de l'ancienne cathédrale : des colonnes et des chapiteaux romans. Mais d'ici, nous voyons surtout la grande rosace de 10 mètres de diamètre. Elle diffuse à l'intérieur une lumière qui illumine les peintures et les sculptures.
Regardez maintenant attentivement sur la façade de la cathédrale les deux statues de chaque côté du portail : l'une pour l'Eglise du Christ, l'autre pour la Synagogue. Cette dernière a les yeux bandés.
A ce propos, le quartier juif se trouve juste à côté de la cathédrale, notamment parce les évêques faisaient surtout travailler les lettrés. Et la plupart du temps, ils étaient juifs.
A présent, retournez-vous. Et dos à la cathédrale, admirez le panorama. Une vue plongeante sur le pays biterrois.
" Déjà à droite, on voit les derniers contreforts du massif Central avec la femme allongée ".
Bérengère de (carnasse) Carnas, guide touristique de la ville de Béziers
Vous pouvez l'apercevoir. On voit sa tête et son cou, ce sont les gorges d'Héric où les biterrois vont se promener. Des rivières, des balades...c'est très agréable. Et ensuite, en continuant sur notre gauche, on aperçoit une petite usine toute rose qui fabrique des bouteilles en verre pour le vin. En face, vous avez une tour, c'est une tour romane, la tour de Montady. Et à gauche de cette tour, vous avez la colline d'Ensérune avec son oppidum, l'étang asséché de Montady et le tunnel du Malpas, le canal du midi qui passe sous la colline. Et au fond, vous avez les Pyrénées. Et quand on voit les Pyrénées, c'est mauvais signe parce que deux jours plus tard, en principe il fait mauvais à Béziers. "
Si vous ne voyez donc pas les Pyrénées, c'est que vous pourrez ces prochains jours vous prélasser sur les plages les plus proches de Béziers, (valrasse) Valras par exemple...
Avant de vous éloigner de la cathédrale, n'hésitez pas à visiter le cloître et ses jardins. La vue sur le Canal du midi y est splendide.
Découvrons maintenant une des curiosités les plus étonnantes à Béziers : les écluses de ( Fon-sse-ra-ne ) Fonseranes sur le canal du midi.
Pour connaître les informations de guidage, appuyez sur la touche étoile.Pour vous rendre aux écluses de Fonseranes, reprenez votre voiture et suivez la direction de la gare Sncf puis de St (Ponsse) Pons. Ensuite, vous trouverez des panneaux pour vous diriger vers les écluses.
Retour haut de page