Quartier de la Cathédrale de Beauvais >

Musée Départemental de l'Oise

Version mobile
English

Musée Départemental de l'Oise

Le palais des évêques devenu forteresse puis musée.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le musée Départemental de l'Oise
Le bâtiment qu'il occupe raconte à lui seul une riche histoire. Sa construction remonte au 12ème siècle. Jusqu'à la Révolution Française, ce palais est la résidence des évêques de Beauvais. Et l'adresse est idéale pour se rendre à la cathédrale située juste en face. Les évêques n'avaient qu'à emprunter une galerie surélevée et arrivaient directement dans le cloître. Pratique et sûr ! Car ici, les religieux ont appris à se méfier du reste de la ville. Surtout depuis la révolte de 1305 quand les Beauvaisiens envahissent les lieux, pillent le mobilier, profanent les chapelles, tuent les gardes et libèrent les prisonniers. Certains boivent même le vin de l'Evêque ! Voilà pourquoi Simon de Clermont de Nesle décide ensuite de fortifier le palais. Il fait construire les deux grosses tours " en poivrière ", c'est à dire de forme conique. L'entrée est également équipée d'une herse.
Deux siècles plus tard, autre époque, autre style.
La résidence des évêques s'adapte au gothique flamboyant de la Renaissance. Monseigneur Louis Villiers de l'Isle Adam fait construire la tour de l'horloge surmontée d'un campanile. Elle dessert tous les étages.
Et puis vient la Révolution de 1789. La résidence des évêques n'y échappe pas et devient Bien National. Le palais abrite d'abord la préfecture puis le Palais de Justice en 1846. C'est l'époque où les façades et les tours sont rénovées pour souligner l'aspect médiéval du monument.
Aujourd'hui, l'ancienne résidence des évêques abrite donc le musée départemental de l'Oise.
Sa visite commence dès que vous entrez par les tours. Vous vous souvenez ? Celles qui ont été construites après la révolte du 14ème siècle.
A l'intérieur, ne manquez pas un chef d'oeuvre de la sculpture des débuts de la Gaule romaine : le Dieu-Guerrier de Saint-Maur. C'est l'un des fleurons de la collection antique conservée ici.
Parmi les riches collections de peinture du musée, votre regard sera surement attiré par quelques tableaux remarquables. Ceux de Paul Huet, l'ami de Delacroix et de Jean-Baptiste Corot. Ou encore les esquisses de Thomas Couture, comme " l'Enrôlement des Volontaires ", oeuvre monumentale mais que le maître d'Edouard Manet a laissée inachevée.
Au fil de votre visite, vous verrez aussi une salle à manger Art-Nouveau du liégeois Gustave Serrurier-Bovy ainsi que des tableaux de plusieurs artistes du début du 20ème siècle comme Maurice Denis, Vallatton, ou Tamara de Lempicka.
Bonne visite !
Retour haut de page