Quartier de la Cathédrale de Beauvais >

Galerie Nationale de la Tapisserie

Version mobile
English

Galerie Nationale de la Tapisserie

Une architecture ultra moderne pour rendre hommage au savoir-faire royal de Beauvais

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La Galerie Nationale de la Tapisserie.
Installé en 1976 aux abords des remparts gallo romains, ce bâtiment moderne d'exposition se trouve à proximité de la cathédrale. Il a été créé à l'initiative d'André Malraux, ministre de la culture qui souhaitait faire revenir la Manufacture à Beauvais. C'est l'architecte Herman qui l'a réalisé. Un grand architecte, élève d'Auguste Perret.
En 1940, les ateliers ont en effet été détruits par les bombardements et déménagés dans l'enclos des Gobelins à Paris. Ils reviennent 49 ans plus tard dans les anciens abattoirs municipaux restaurés.

Mais reprenons depuis le début : l'Histoire de cette Manufacture Royale commence en 1664. Colbert, conseiller du roi Soleil et tout juste nommé surintendant des Bâtiments et des Manufactures, veut copier les productions des autres Etats pour donner à la France plus d'indépendance. Il crée ainsi la Manufacture des Glaces et relance la manufacture de tapisserie des Gobelins à Paris. Colbert veut aussi barrer la route des tapisseries de Flandres. Carrefour du commerce depuis des siècles, Beauvais est donc le lieu idéal pour installer une nouvelle manufacture royale.
Dans cette ville, le tissage est une tradition depuis longtemps. Il y a également à Beauvais un marché important d'étoffes et de dentelles fabriquées dans la région. Pour diriger cette manufacture royale, Colbert choisit un Beauvaisien, Louis Hinart qui va chercher à Bruxelles et dans d'autres villes des Flandres près de 130 tisserands.
Rapidement, l'entreprise devient réputée pour la qualité de sa production, comparable à celle des Gobelins. C'est l'une des meilleures adresses d'Europe pour trouver des garnitures de siège hors du commun. Les tissages de Beauvais sont réalisés avec une technique très particulière, celle de la " basse lisse ". La tapisserie est fabriquée sur un métier horizontal, et le lissier tisse à l'envers et suit un dessin placé sous la chaine du métier.
Au départ, la manufacture de Beauvais doit vivre avec seulement des achats privés. Elle prospère surtout grâce aux commandes royales. Dans les vingt premières années de son existence, l'entreprise fournit plus de 250 tapisseries au Garde-Meuble royal. A la révolution, elle fait encore travailler plusieurs centaines d'ouvriers. Quinze ans plus tard, Napoléon en fait une manufacture d'Etat.
La Galerie Nationale de la Tapisserie présente aujourd'hui des expositions temporaires de tapisseries conçues à partir des collections du Mobilier National, et des expositions d'art contemporain du FRAC Picardie.
Face à la Galerie nationale de la tapisserie, s'élèvent les vestiges du choeur de la collégiale Saint-Barthélemy. Fondée au 11e siècle, elle a été édifiée contre l'ancien rempart gallo-romain. Remaniée à la fin du 13e - début du 14e siècle, elle a pris la forme d'un édifice gothique. Vendue à la Révolution, elle a connu de nombreuses destructions et différentes fonctions (habitations, commerce et office de tourisme).
Retour haut de page