Découverte de Beaune >

Hôtel Dieu - Hospices

Version mobile
English

Hôtel Dieu - Hospices

C'est sans conteste LE lieu qui a fait la renommée internationale de Beaune.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes devant l'entrée de l'hôtel Dieu, qu'on appelle aussi les hospices.
C'est sans conteste LE lieu qui a fait la renommée internationale de Beaune.
------------------------ musique grande vadrouille " tea for two " sifflée-----------------
Ces quelques notes vous disent quelque chose ? Pour les Français, elles évoquent le film La Grande Vadrouille, dont quelques scènes ont été tournées ici.
La façade peut vous sembler austère, quoiqu'élégante avec son superbe auvent.
Une manière de surprendre le visiteur à son entrée dans la cour, où les toits typiquement bourguignons mêlent leurs tuiles colorées aux formes raffinées du gothique flamboyant.
Voix d'homme très ferme
" Moi Nicolas Rolin, chevalier, citoyen d'Autun, seigneur d'Authume et chancelier de Bourgogne, (...) j'érige, fonde, fais, construis et dote irrévocablement, dans la ville de Beaune, un hôpital pour la réception, l'usage et l'habitation des pauvres malades. "
Homme d'état fortuné, Nicolas Rolin décide en 1443, avec son épouse Guigone de Salins, de consacrer une partie de ses richesses aux plus pauvres.
Ton ironique
Le puissant ministre des ducs de Bourgogne avait, dit-on, quelques craintes pour le salut de son âme !
Au coeur des hospices, se trouve la grande salle des pauvres et ses 30 lits aux rideaux rouges ainsi que sa merveilleuse chapelle ornée de fines décorations gothiques.
Une communauté de religieuses, la communauté de Sainte-Marthe, s'installe et veille sur les malades. Et ça dure plus de 500 ans ! Soeur Loreau a connu l'Hôtel Dieu quand il accueillait encore un hôpital public.
Ça n'était pas innocent au niveau spirituel, au niveau esprit. Pour conduire les personnes en salle d'opération, le petit chariot qui roulait parfaitement, il était extraordinaire d'ailleurs, passait par la chapelle. On ne pouvait pas accéder aux salles d'opération sans passer par la chapelle, les cloîtres et puis une autre salle de malades.
Autre particularité des lieux : les grandes pièces qui regroupaient les malades.
Quand ils le voulaient, ils se retrouvaient autour d'une table qui était au centre de la salle où ils jouaient aux cartes, où ils discutaient. Même pour les soignantes, pour la jeune religieuse que j'étais à l'époque, on vivait avec. Je crois que la grosse différence, ça a été la construction du nouveau service de chirurgie avec des chambres particulières et les malades me disaient : maintenant on ne vous voit plus !
Aujourd'hui, une partie de l'hôtel Dieu héberge un établissement pour personnes âgées. Et on continue, tous les ans, à évoquer ce prestigieux édifice au mois de novembre, quand ses plus grands crus sont vendus aux enchères sous les halles, au profit des malades et des personnes âgées et pour entretenir les monuments historiques.
------------------------brouhaha ambiance vente aux enchères---------
Enrichi par les dons, au fil des siècles, l'Hôtel Dieu possède aujourd'hui 60 hectares de vignes, dans des parcelles d'appellations prestigieuses comme Pommard, Volnay ou Meursault.
Vous saisirez toute la magie des hospices de Beaune en visitant la grande salle des pauvres, la pharmacie, la cuisine...
Et ne manquez surtout pas le fabuleux polyptique du peintre flamand Rogier Van der Weyden représentant le jugement dernier où figurent Nicolas Rolin et son épouse. Il a été réalisé au milieu du 15ème siècle spécialement pour la chapelle de la salle des Pôvres.
Merci de continuer votre visite. A bientôt.
Retour haut de page