Découverte de Beaune >

Hôtel des ducs de Bourgogne - musée du vin

Version mobile
English

Hôtel des ducs de Bourgogne - musée du vin

Ce n'est qu'une partie de la demeure officielle à Beaune des célèbres ducs de Bourgogne.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes dans la cour de l'Hôtel des ducs de Bourgogne. Laissez l'entrée du musée derrière vous et placez-vous devant la tourelle.
Ce n'est qu'une partie de la demeure officielle à Beaune des célèbres ducs de Bourgogne. Jean-Philippe Lecat, ancien ministre de la culture et ancien député de Beaune.
C'est toute une épopée extraordinaire qui est partie de la Bourgogne, qui s'est étendue à la moitié de l'Europe, du Nord et l'Europe rhénane. Il y a eu là la succession extraordinaire de 4 ducs et d'une jeune fille.
Le 1er d'entre eux, Philippe-le-Hardi, reçoit la Bourgogne en 1364 du roi de France son père, et comme ses célèbres héritiers Jean-sans-peur, Philippe-le-Bon, Charles-le-Téméraire et Marie-de-Bourgogne, il ne cesse de l'agrandir et de l'enrichir.
Remarquez ce jolis corps de logis des 15ème et 16ème siècles, avec sa loggia et sa tourelle à escalier.
Philippe-le-Hardi ne lui a pas connu cette apparence, lui qui a fait au moins 2 visites annuelles ici à l'occasion des séances du Parlement, entre 1373 et 1383.
Beaune, c'est la capitale judiciaire du duché de Bourgogne. Il y a là le Parlement, ça veut dire la cour suprême, donc tout un monde de juristes, d'avocats, c'est le monde de la loi.
Et le respect de la loi, c'est un fondement du duché. Jean-Philippe Lecat.
Dans ce très vaste domaine, il y avait un pouvoir qui régnait sans arbitraire. Le duc disait : " je règne par la grâce de Dieu ", mais dans chacun de ses comtés, chacune de ses seigneuries, il n'était là qu'à condition de respecter les libertés des villes, des communautés, des métiers, des ordres religieux, des congrégations.
L'hôtel des ducs était en réalité occupé par le châtelain, c'est-à-dire l'officier ducal à Beaune. Les ducs résidaient le plus souvent en Flandres ou à Dijon.
Notez sur votre gauche, les curieux chapiteaux qui surmontent les piliers en bois, tout près de l'entrée de la cour avec leurs têtes de dragon. On appelle cela des " engoulants ".
Aujourd'hui, l'Hôtel des ducs abrite le musée du Vin, ce qui n'aurait sûrement pas déplu à Philippe-le Bon.
Quand vous pensez à ce qu'on appelait la titulature, vous savez, la carte de visite. Philippe-le-Bon déclarait : " Philippe par la grâce de Dieu duc de Bourgogne, comte des Flandres, etc. " il y avait 16 titres comme ça. Et le titre qu'il se donnait le plus volontiers, c'était : " seigneur des meilleurs de vin de Chrétienté. "
Le Musée du vin vous racontera cette histoire d'amour millénaire qui unit Beaune et la Bourgogne à la vigne, au fil des oeuvres d'art et des objets de sa collection.
Vous y apprendrez notamment comment Philippe-le-Hardi a défini dès 1395 les règles à suivre pour faire du bon vin : un cépage unique, une taille sévère des pieds de vigne, l'abandon des engrais, ou les critères à respecter pour débuter les vendanges.
Merci de continuer votre visite. A bientôt.
Retour haut de page