Découverte de Beaune >

Chapelle Saint-Etienne

Version mobile
English

Chapelle Saint-Etienne

C'est l'un des sites chrétiens les plus anciens de la ville. Autrefois, elle faisait partie du couvent des Carmélites.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes sur la place Ziem, devant la chapelle Saint-Etienne, qui sert aujourd'hui de salle d'exposition.
C'est l'un des sites chrétiens les plus anciens de la ville. Autrefois, elle faisait partie du couvent des Carmélites, dont le cloître a été tout simplement traversé par la rue du Tribunal.
Il n'en reste que quelques arcades bien visibles sur la droite, de l'autre côté de la rue.
Les Carmélites sont des religieuses qui se consacrent à la contemplation et à l'apostolat - la propagation de la foi -.
Elles s'installent dans la chapelle Saint-Etienne de Beaune, cédée par les chanoines, en 1621.
Et leur couvent ne tarde pas à faire parler de lui au plus haut niveau de l'Etat...
Il faut savoir qu'Anne d'Autriche ne pouvait pas avoir d'enfant. C'est vrai qu'elle s'était mariée très jeune avec Louis XIII.
Marie-Thérèse Garcin est guide conférencière à l'office du tourisme de Beaune.
Après 23 ans de stérilité arrive enfin un héritier pour le trône de France, mais Anne d'Autriche avait été mise au courant par les visions qu'avait eu Marguerite du Saint-Sacrement, cette petite carmélite beaunoise qui avait énormément de visions. Et donc, à l'âge de 20ans, le roi Louis XIV a voulu faire un arrêt à Beaune. On l'attendait pour assister à la messe à la collégiale Notre-Dame mais finalement il est allé à la messe dans la chapelle des Carmélites.
Cette visite est signalée par la plaque apposée sur la façade.
En 1658, Anne d'Autriche et son monarque de fils se prosternent devant le tombeau de la religieuse, morte 10 ans plus tôt. Ils offrent au couvent quelques cadeaux comme un riche collier du Saint-Esprit du roi Henri IV, et une statuette du roi Soleil enfant.
Revenons un instant à la place pour évoquer celui à qui elle doit son nom.
Dans les années 1930, on trouve ici un monument en hommage à Félix Ziem, peintre né à Beaune en 1821, très connu et célébré à son époque. L'écrivain et critique d'art Théophile Gautier disait de lui :
Citation littéraire Théophile Gautier
" La patrie de Ziem est Venise... Ni Lord Byron, ni Musset, ni Georges Sand, n'en ont mieux compris le charme mystérieux et la beauté fascinatrice. "
Un bel hommage pour ce peintre qui manque de passer à côté de sa vocation à l'âge de 18 ans, quand un différend avec l'école des Beaux-arts de Dijon l'oblige à quitter sa Bourgogne natale.
Voix de naïf qui consulte un document) et s'exclame
Marseille, Venise, Rome, Saint-Pétersbourg, Constantinople, La Caire... En voilà un qui a voyagé !!
Les atmosphères du sud le fascinent et il cherche à rendre, dans ses oeuvres, les jeux que se livrent l'eau et la lumière, à la manière des peintres hollandais du XVIIème siècle.
Voix de naïf
Et sa peinture plaît ! Il entre même au Louvre !
Oui et de son vivant, ce qui est plutôt rare. Félix Ziem voit un de ses tableaux accroché au prestigieux musée en 1910, un an avant sa mort.
Vous voulez en savoir plus ? Rendez-vous au musée des Beaux-arts, dans la Porte Marie de Bourgogne, où sont exposées une belle vingtaine de peintures de l'artiste.
Merci de continuer votre visite. A bientôt.
Retour haut de page