La Basilique Saint-Remi de Reims >

La statue du baptême de Clovis

Version mobile
Espagnol English Néerlandais Deutsch Italien

La statue du baptême de Clovis

L'acte fondateur qui mène au sacre des rois à Reims

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le baptême de Clovis par l'évêque St Remi.
Nous sommes à présent devant la statue du baptême de Clovis, près du chevet de la basilique.
Le baptême de Clovis, c'est l'acte fondateur du destin royal de la ville. Il va mener au sacre de 33 rois à Reims.
Il s'est déroulé à l'extrême fin du 5e siècle.
En baptisant le roi des Francs, St Remi scelle l'alliance de la royauté franque et du pouvoir religieux.
Imaginez la scène :
Clovis devant 3000 guerriers s'en remettant humblement à Remi pour se convertir au christianisme. L'évêque aurait alors prononcé ces mots :
" Courbe la tête fier Sicambre, abaisse humblement ton cou. Adore ce que tu as brûlé et brûle ce que tu as adoré ".
Clovis renonçait ainsi à l'adoration des dieux païens, vénérés par les Francs.
Cette statue est l'une des nombreuses représentations de l'événement que vous pourrez observer à Reims, on en compte des dizaines.
Ici, Clovis est presque nu. On dirait Jésus se faisant baptiser dans le Jourdain. A ses pieds : une couronne et un glaive.
Cette statue est moderne, elle a été réalisée pour le 15e centenaire du baptême de Clovis en 1996, dans une facture extrêmement classique et traditionnelle représentant l'évêque Remi administrant le baptême à un jeune roi athlétique.
Patrick Demouy est un historien rémois, spécialiste de cette période.
Clovis est représenté comme il se doit dépouillé, puisque le catéchumène abandonne ses vêtements pour descendre dans le baptistère, c'est une nouvelle naissance, il descend dans l'eau vive et il en ressort pour une vie nouvelle et là il revêt un vêtement blanc.
St Remi porte lui une mitre et une crosse. Sa main est ouverte au-dessus de Clovis.
Il attend sans doute la Sainte Ampoule, l'huile miraculeuse, amenée par une colombe envoyée par Dieu.
Laissons le mot de la fin à Patrick Demouy :
Chaque roi est un nouveau Clovis qui renoue la chaîne des temps en revenant au baptistère de Reims.
Retour haut de page