Barbizon, village des peintres >

Le Bas Bréau, ancienne Auberge Siron, dite 'Hôtel de l'Exposition'

Version mobile
Espagnol

Le Bas Bréau, ancienne Auberge Siron, dite 'Hôtel de l'Exposition'

Tenté par le succès de la maison Ganne, un marchand de bois transforma sa modeste maison en hôtel et ne tarda pas, lui aussi, à avoir des pensionnaires, des artistes aussi.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
C'était l'auberge Siron.
M. Laffitte qui demeurait alors en face de Siron réunit quelques artistes et on engagea le nouvel hôtelier à faire d'une des salles de son auberge un salon d'exposition de peinture où chacun pourrait envoyer des tableaux, et l'hôtel prit le nom d'hôtel de l'Exposition.
L'idée n'était pas mauvaise, il arriva que les amateurs et les marchands de tableaux qui venaient à Barbizon rendaient visite à ce modeste Salon et y firent quelquefois des acquisitions. Un jour même l'empereur Napoléon III qui avait été faire une promenade en forêt, honora l'exposition de Barbizon d'une visite et acheta plusieurs tableaux. >
Et même un tableau de Gassies qui était absent et a regretté de ne pas l'avoir vendu plus cher à l'empereur !
L'hôtel de l'Exposition a donc été la première galerie de Barbizon.
Robert Louis Stevenson, l'auteur de L'Île au trésor et de Docteur Jekyl et Mr Hyde, y a résidé et écrit ses Forest notes.
En 1934 l'établissement prend le nom d'hôtel du Bas Bréau. Depuis, de nombreuses personnalités, comme l'empereur du Japon Hiro Ito et son épouse l'impératrice, ont séjourné dans cet hôtel, le seul classé " Relais et châteaux " d'Ile de France.
En face, au n? 17, la villa Vertefeuille a été habitée par le peintre Céramano, dont Billy dresse un portrait singulier :

Plus récemment, Vertefeuille a abrité le grand éditeur Bordas. Fernandel l'a louée, lui aussi, et y a passé plusieurs étés.
Au n? 18, juste après la Poste, la villa " L'Ombrage "a été habitée par une pianiste virtuose, Maximilienne Whettnal, chez qui Arthur Rubinstein et Samson François venaient préparer leurs concerts.
Retrouvons-nous devant le n? 14.
Retour haut de page