Barbizon, village des peintres >

La maison de Charles Jacque

Version mobile
Espagnol

La maison de Charles Jacque

Charle Jacque fit construire, tout à fait à l'orée de la forêt, une maison qu'il habita quelque temps et qui fut depuis louée à Henry Fouquier

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Ici, en 1860, comme nous le raconte Gassies :
< Ch. Jacque fit construire, tout à fait à l'orée de la forêt, une maison qu'il habita quelque temps et qui fut depuis louée à Henry Fouquier [ ]. Fouquier me sous-loua cette maison où naquit mon fils aîné. Elle fut depuis vendue à Ziem qui la revendit à Camille Paris.
Ainsi, petit à petit, Barbizon se peuplait. Les terrains que Cicéri avait achetés au coin du chemin de la Belle-Marie avaient été revendus à Ch. Jacque, qui y établit son entreprise de gallinoculture. Car Ch. Jacque qui, à cette époque, était le peintre des coqs et des poules, avait rêvé l'amélioration des races, et [ ] il fit en grand le commerce des oeufs de pure race. >
Voilà un peintre qui s'intéressait vraiment à ses modèles !
Puis Jacque, toujours actif, est le premier à entreprendre la plantation d'asperges, dans ce pays sablonneux où elles réussissent à merveille.
<
Nous voici à l'orée de la forêt. De l'autre côté de la rue, au n?5, c'est difficile à croire, mais il y avait, jusqu'en 1946, la gare du TSM, le Tramway de Seine et Marne, affectueusement appelé le Tacot. Il a fonctionné de 1899 à 1938. C'est ici, venant de Melun, qu'il terminait son voyage. Une plaque tournante permettait à la locomotive de changer de sens. >
André Billy n'est pas tendre pour ce tortillard :
< Mais le coup le plus dur fut porté à l'ancien Barbizon par la substitution d'un petit chemin de fer sur route à la traditionnelle patache. De cette année-là, 1899, date réellement la fin du " vieux Barbizon ", difficile d'accès et de ce fait réservé à une petite élite d'habitués. Avec le tramway, ce fut l'invasion hebdomadaire des Parisiens et la vie chère, ce fut pour les derniers paysagistes le commencement de la débandade. >
Nous vous proposons maintenant une petite incursion en forêt, pour grimper jusqu'au médaillon " Millet Rousseau ".
Retour haut de page