Barbizon, village des peintres >

La Flambée, maison habitée par Barye

Version mobile
Espagnol

La Flambée, maison habitée par Barye

Le sculpteur Barye est célèbre pour ses scènes de lutte entre animaux sauvages qui figurent parmi les productions majeures du romantisme en sculpture...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
" LA FLAMBEE " MAISON HABITEE PAR BARYE
Le sculpteur Barye est célèbre pour ses scènes de lutte entre animaux sauvages qui figurent parmi les productions majeures du romantisme en sculpture : fauves aux prises avec des serpents, jaguar dévorant des lièvres. Il dessine ses modèles à la ménagerie du Jardin des Plantes.
Barye n'était pas seulement un sculpteur, c'était un de ces artistes privilégiés auxquels aucune branche de l'art n'est étrangère ; dans sa jeunesse il avait fréquenté l'atelier du grand peintre Gros, et les admirables aquarelles qui sont sorties de son pinceau prouvent qu'il était autant peintre que sculpteur.
A Barbizon, il était paysagiste, et grand admirateur des sous-bois, des amas de rochers et des vieux chênes de la forêt dont il dessinait les branches avec la même science et la même recherche que les membres de ses lions et de ses panthères. [ ] >
Il vient souvent se reposer à Barbizon et réalise en forêt des aquarelles et des peintures d'une grande puissance expressive. Puis il passe des étés dans cette maison. Ceux qui ont eu le bonheur de l'approcher ont pu apprécier son aimable simplicité, son esprit fin, son aménité sincère. Sa conversation était des plus agréables, [ ] mais la qualité dominante, celle qui vous séduisait d'abord, était une extrême bonté, une bienveillance affable [ ]
Nous eûmes la douleur de perdre ce grand homme en 1875, la même année que mourut son vieil ami Corot et que Millet rendait le dernier soupir à Barbizon. Cette année-là fut donc une année de grand deuil pour l'art français. >
L'année 1875 marque aussi la fin de la grande période des peintres de Barbizon.
Huit ans plus tard, Van Gogh qui admirait beaucoup ces peintres, surtout Millet, écrit à son frère Théo : " Songe à Barbizon, cette histoire est sublime ".
Faisons un saut de puce jusqu'au n? 24.
Retour haut de page