Barbizon, peintres et forêt >

Le Chêne Sully

Version mobile
Espagnol English Japonais

Le Chêne Sully

Près de Barbizon, les vieux chênes centenaires des hautes futaies du Bas Bréau, le désert d'Apremont et les nombreux chaos rocheux, étaient, pour les peintres, d'inépuisables motifs.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Les paysagistes de Barbizon, même les plus modestes ont compris,
comme Gassies, que :
La forêt change d'aspect presque continuellement ; un rayon de soleil, et tel endroit qui vous semblait sans intérêt devient quelque chose de charmant ; ce que vous trouviez hier intéressant et qui vous avait, comme on dit empoigné, aujourd'hui ne vous séduit plus. C'est quelquefois à ce point que vous ne retrouvez plus l'endroit précis où vous vous étiez promis la veille de planter votre chevalet. Il faut donc saisir le moment où vous êtes sous l'impression du beau et ne pas trop hésiter. Dans tel endroit, telle heure est favorable, et cet instant passé, le motif n'existe plus. C'est ce qui a fait le mérite de nos grands paysagistes ; ils ont su choisir le moment.
Près de Barbizon, les vieux chênes centenaires des hautes futaies du Bas Bréau, le désert d'Apremont et, entre les deux, les nombreux chaos rocheux, étaient, pour eux, d'inépuisables motifs.
Ce sentier permet d'en découvrir certains, en particulier ce chêne tricentenaire qui a porté, un temps, le nom d'Astérix. Monsieur Perraud vous explique pourquoi.
Ce chêne autrefois était en dehors d'un sentier balisé mais il a servi pour le tournage du film Astérix et les Romains (je crois). et c'est moi-même qui avait trouvé ce chêne pour les cinéastes qui cherchaient un gros chêne où devaient aller les druides.
Ce chêne qui porte le nom de " Sully " est l'un des arbres que l'on appelle remarquables (par leurs dimensions, leur essence, leur forme) de la forêt de Fontainebleau. L'Association des Amis de la Forêt en répertorie environ 800, marqués du célèbre " point bleu ", dont certains ont été baptisés au XIXème siècle.
Ils font l'objet d'une attention particulière. Leur grand âge (certains sont pluricentenaires) les rend très sensibles aux perturbations. Pour augmenter leur longévité, on pratique parfois des élagages sur les branches mortes, pour limiter le risque de blesser quelqu'un.
Toutefois, le risque de chute de branches est plus élevé sous ces arbres qu'ailleurs. Nous vous conseillons donc, pour votre sécurité, mais aussi pour augmenter l'espérance de vie de ces arbres, de rester à bonne distance et de ne pas quitter les sentiers.
Retour haut de page