Théodore Rousseau se surnommait lui-même " l'enfant des forêts ". Ca en dit long sur son amour pour la forêt de Fontainebleau !   


J'aime beaucoup le rocher de l'éléphant  il me donne des idées fantasques : une nappe à carreaux, mon pochon et hop : un pique-nique à dos de mammifère !

Pénélope Puymirat

Barbizon, peintres et forêt

Version mobile
Espagnol English Japonais
  • Introduction

    1. Introduction

  • Auberge Ganne

    2. Auberge Ganne

  • Maison Atelier de Théodore Rousseau

    3. Maison Atelie...

  • Maison-Atelier de Jean-François Millet

    4. Maison-Atelie...

  • Le Bas-Breau : ancienne Auberge Siron, dite 'Hôtel de l'Exposition'

    5. Le Bas-Breau ...

  • Le Bornage

    6. Le Bornage

  • La stèle Théodore Rousseau - Jean-François Millet

    7. La stèle Th...

  • Le rocher de l'éléphant

    8. Le rocher de ...

  • Le motif du tableau de Coreau

    9. Le motif du t...

  • Le Chêne Sully

    10. Le Chêne Su...

  • Le dormoir de Lantara

    11. Le dormoir d...

  • Le chêne Charlemagne

    12. Le chêne Ch...

x

Rencontres avec des modèles grandeur nature

A l'orée de la forêt de Fontainebleau, partez à la recherche des rochers, des arbres ou des futaies qui ont inspiré les peintres de Barbizon.

Dans les rues de Barbizon, les maisons dans lesquelles ont vécu peintres, écrivains ou photographes se succèdent. Il faut imaginer la Grande rue au 19ème siècle, lorsque tous ces artistes partaient à la même heure que les paysans et leur troupeau,

Le saviez vous ?

Robert-Louis Stenvenson, l'auteur, entre autres, de L'Ile au trésor et de L'étrange cas du docteur Jekyll et de M. Hyde , a vécu à Barbizon, à l'ancien hôtel Siron, aujourd'hui hôtellerie du Bas-Bréau   .
toiles dans le dos, chevalet sous le bras, ayant déserté le travail en atelier pour venir peindre " sur le motif " en forêt de Fontainebleau. Mais, pourquoi ce village attirait-il tout ces artistes beau monde ? Pour le savoir, il faut traverser la ville et se rendre en forêt, là où les artistes trouvaient leurs modèles. Il fallait être " empoigné " par un lieu disaient-ils. La lumière, l'endroit, un rocher incongru ou un arbre centenaire, étaient autant de raisons de se mettre au travail. Et les occasions ne manquaient pas... Le peintre Corot s'est par exemple inspiré d'un endroit où se trouvaient un arbre et quelques rochers   . Pouvoir contempler ce paysage grandeur nature et le comparer à la peinture de Corot, a quelque chose de grisant. L'arbre et les rochers sont traités de façon très réaliste. A tel point qu'on ne résiste pas à l'envie de caresser le rocher pour sentir la rugosité perceptible sur le tableau... Un peu plus loin, c'est le chêne Sully qui, du fait de son grand âge, a sûrement dû inspirer les artistes   . Lorsque l'on voit ce chêne tricentenaire, on les comprend... Les peintres aimaient la nature. Lantara en est un exemple criant. L'inspiration lui est venue alors qu'il gardait ses troupeaux.    Vous comprenez, maintenant, pourquoi il faut rester quelque temps en forêt pour comprendre l'intérêt des peintres pour Barbizon. Alors, une fois sur place, faites comme eux : emportez votre pochon (dans lequel patientera votre casse-croûte) et votre pinchard (pour vous asseoir) puis laissez vous gagner par la lumière !

[ Accès au diaporama ]

Insolite

C'est autour du chêne Sully, chêne tricentenaire, qu'ont été tournées certaines scènes d'un des films " Astérix ". A coup sûr, ce bon vieux chêne devait incarner l'arbre des druides...
Version mobile
Espagnol English Japonais
Retour haut de page

Photo de gauche : Le rocher de l'éléphant, au coeur de la forêt de Fontainebleau
Par Christoph Praxmarer (Travail personnel) [CC-BY-SA-2.5], via Wikimedia Commons