Découverte de Bagnoles de l'Orne >

Le Roc-au-Chien

Version mobile
English

Le Roc-au-Chien

Pourquoi un tel nom pour désigner ce piton rocheux, haut de plusieurs dizaines de mètres ?

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le Roc au Chien, dans le parc du château.
Pourquoi un tel nom pour désigner ce piton rocheux, haut de plusieurs dizaines de mètres ? La réponse s'écrit sous forme de légendes.
conteur Un enfant imprudent qui jouait trop près du bord est tombé dans une crevasse. Le garçonnet n'a dû sa survie qu'à son chien, qui l'a suivi et a pu avertir les secours avec ses aboiements. A la mort du fidèle animal, on a, en signe de reconnaissance, nommé l'endroit Roc-au-Chien.
Une seconde légende nous livre une toute autre explication :
conteur En guise d'enterrement de sa vie de garçon, un seigneur viola tout un couvent. De quoi, bien sûr, s'attirer les foudres divines. L'homme se retrouva aussitôt transformé en monstre à tête de chien et à pattes de tigre. Mécontent de ne pas avoir pu se marier, il se mit à dévorer les jeunes filles de Tessé-la-Madeleine la veille de leur mariage. Jusqu'au jour où un petit tailleur bossu, posté devant la maison de sa promise afin de la protéger, reçut la visite d'un vieil homme qui lui remit trois petites pierres magiques. Le tailleur attendit le monstre. Quand minuit sonna, le chien apparu. Terrorisé, le petit bossu lui lança la première pierre, le monstre hurla, puis la seconde, et il cracha du feu, et enfin il lança la troisième, en hurlant : " chien d'enfer, gare aux nonnes ! " et le monstre disparut. Le lendemain, le cortège aperçut en revenant de l'église la tête du monstre pétrifiée dans les rochers...
Bien, à présent, jetons un coup d'oeil en contrebas.
D'ici, nous dominons l'établissement thermal. Une belle vue pour vous faire entendre une dernière légende, qui sans nul doute, vous convaincra des bienfaits de l'eau de Bagnoles-de-l'Orne.
Sire Hugues, seigneur des plus fortunés, aurait tout donné pour retrouver sa jeunesse et celle de son fidèle destrier. Un jour, il décida d'abandonner son cheval dans la forêt afin qu'il puisse y mourir en paix. Mais surprise ! Il le vit réapparaître un mois plus tard, tout fringant, comme au temps de leurs nombreuses victoires sur les champs de bataille. Sire Hugues suivit alors son animal jusqu'à une gorge profonde d'où jaillissait, dans un nuage de vapeur, une eau sulfureuse. Son cheval alla immédiatement s'y baigner. Un domestique, qui accompagnait le seigneur, crut que c'était un piège du malin. Mais Sire Hugues rejoint dans l'eau son cheval et rapidement retrouva vigueur et santé. Peu après, il fonda en ces lieux une chapelle et un hôpital pour les pauvres et les infirmes.
Quelques années plus tard, le seigneur Essirard, mariée à une jeune dame, et n'arrivant pas à avoir de descendance, s'est lui aussi baigné dans cette source. Ainsi, il a réussi à avoir enfin un héritier et il aurait même eu - selon la légende- jusqu'à 10 enfants ! En remerciement, il a construit à 6 km d'ici la tour de Bonvouloir. Cette tour à une forme très symbolique ...
Notre visite est à présent terminée. Merci de l'avoir suivie. Pour davantage d'idées de visite, n'hésitez pas à pousser la porte de l'Office de tourisme. A bientôt
Retour haut de page