Découverte de Bagnoles de l'Orne >

Eglise Sainte Madeleine

Version mobile
English

Eglise Sainte Madeleine

C'est en 1826 qu'est édifiée l'église

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Eglise Sainte-Madeleine.
A l'origine, au moyen-âge, il existait à quelques centaines de mètres une simple chapelle, construite par un ermite, au beau milieu de la forêt.
C'est bien plus tard, en 1826 qu'est édifiée l'église qui se dresse devant nous.
Un prêtre qui vient régulièrement à Bagnoles-de-l'Orne pour profiter des bains est promu architecte et improvise les plans. Les habitants se retroussent les manches pour construire leur propre lieu de culte. Une église d'une grande simplicité, sans décoration extérieure, et qui sans se référer à un style particulier, possède beaucoup de charme.
Pressé de célébrer la messe en ce nouveau lieu, l'abbé Ernée consacre l'église après deux années de travaux intenses, même si, faute de budget, il faudra encore attendre un quart de siècle pour que soient ajoutées de nouvelles cloches.
A l'époque, on se promet aussi de faire rapidement surélever le plafond. C'est pourquoi, en 1856, le curé de Tessé décide de se tourner vers un facteur d'orgue professionnel pour la réalisation d'un nouvel orgue. Il voit alors les choses en grand...
Si vous poussez la porte de l'église, regardez derrière vous, au dessus de l'entrée. L'instrument, avec ses 23 jeux et son buffet néo-gothique, semble plus qu'à l'étroit. Pour pouvoir l'installer, il a même fallu percer le plafond !
A l'intérieur, ne manquez pas non plus les retables. Au centre, le retable principal représente la descente de croix. Celui de gauche, quant à lui, évoque l'Assomption, à ne pas confondre avec l'Ascension, qui est le thème du retable de droite.
curé Oui, je sais, ce n'est pas facile de faire la distinction. Dans les deux cas, il s'agit d'une montée au ciel. L'ascension désigne celle de Jésus. C'est elle que l'on commémore au mois de mai. L'assomption représente... mais oui, l'élévation de la vierge Marie dans les cieux. C'est ce que nous célébrons tous les 15 août.
A gauche du retable situé dans le choeur, vous observerez la statue de Sainte-Madeleine. On doit à cette sainte l'ancien nom du lieu où nous nous trouvons, Tessé-la-Madeleine, qui en 2000 a fusionné avec Bagnoles-de-l'Orne pour ne former plus qu'une commune.
Avant qu'elle ne bénéficie de l'essor du thermalisme, à la fin du 19ème, Tessé reste longtemps un bourg paisible. La plupart de ses habitants sont agriculteurs, artisans ou tisserands. Beaucoup vivent de la culture du chanvre. Le rouissage, qui consiste à en isoler les fibres, se déroule au bord d'étangs qui se trouvaient dans notre dos.
Revenons à l'extérieur de l'église : à gauche, une demeure appelée Le Logis. Ici vivaient deux riches propriétaires terriens, les frères Goupil, et leurs épouses, comme le confirme l'inscription sur le linteau.
A gauche du Logis, la Pommeraie. Une maison que les frères Goupil mettaient à la disposition des fermiers qui venaient, souvent de loin, leur payer un loyer pour la terre.
Nous retrouverons la famille Goupil au château, où nous avons rendez-vous pour la prochaine étape.
Merci de continuer votre visite. A bientôt
Retour haut de page