Avon, berceau de la musique française >

Le prieuré des Basses Loges

Version mobile
Espagnol English Japonais

Le prieuré des Basses Loges

Le prieuré des Basses Loges : des origines jusqu'à la Communauté mystique de Gurdjieff

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous vous invitons à entrer discrètement dans cette propriété qui est, aujourd'hui, en partie occupée par une maison de retraite. A l'origine, c'est le Prieuré Saint Nicolas de la Solitude des Basses-Loges, fondé en 1310, pour les passants nécessiteux. Plus tard Anne d'Autriche passe régulièrement y faire ses dévotions. Au début du XXème siècle, l'avocat Fernand Labori, défenseur d'Alfred Dreyfus, y donne de brillantes réceptions. Puis en 1922, Georges Ivanovitch Gurdjieff fonde une communauté mystique, " L'institut pour le Développement Harmonique de l'Homme ". Bernard Pamart, spécialiste de l'histoire locale d'Avon, vous parle de lui : C'était une espèce de gourou qui... qui enseignait, qui prêchait un certain nombre de choses sans forcément les tenir. Par exemple, il prescrivait surtout un régime végétarien mais lui quand il allait au restaurant à Paris, on le voit attablé avec des bonnes bouteilles de vin etc... C'était un épicurien, il jouissait complètement de la vie. Groupe 83
C'était un homme qui semble avoir été tout le temps intéressé par la recherche philosophique, par la pensée... Alors c'est ainsi qu'on le voit euh s'intéresser euh aux problèmes des religions, de la philosophie en général... groupe 85Il suggérait aux gens, à ceux qui voulaient bien suivre son enseignement, de euh de mener une vie très stricte... J'allais dire même très rude euh... à base de travaux, de travaux physiques difficiles et surtout les intellectuels groupe 85Il pensait très profondément euh que. On pouvait trouver son salut dans le travail. Groupe 83 ... mais dans le travail manuel et c'est pour cela, que, au prieuré des Basses Loges, y'avait tout un, tout un chantier permanent (...) Il y avait également des terrains qui étaient mis en culture, des potagers et ce qui... permettait à ses adeptes de suivre ce fameux régime végétarien qu'il préconisait. groupe 83
Parlerait-on aujourd'hui de " secte " ? Secte certainement pas... groupe peut-être, oui. Un groupe philosophique euh... un groupe de théosophes...groupe 83
Katherine Mansfield, l'une des premières pensionnaires, rend compte au jour le jour, dans les lettres qu'elle écrit à son mari, John Middelton Murry, de l'aspect des lieux et de la vie que l'on y mène :
" Ici " c'est un vieux château très beau, entouré d'un parc admirable On soigne les bêtes, on jardine, on fait de la musique, on danse... " " Tout est différent, tout. Non seulement la langue, la cuisine, les habitudes, les gens, la musique, les méthodes, les heures, enfin tout. C'est vraiment une vie nouvelle. "
Si le lieu, surtout occupé par des étrangers, pose des problèmes à l'administration locale, très vite des personnalités s'y intéressent. En 1923, huit représentations de danses, sur une musique de Thomas de Hartmann, ont lieu à Paris, au théâtre des Champs-Élysées. L'institut ferme ses portes en 1931 et Gurdjieff part habiter Paris. ---
Retour haut de page