Avon, berceau de la musique française >

Le manoir du domaine de Bel Ebat

Version mobile
Espagnol English Japonais

Le manoir du domaine de Bel Ebat

Manoir au coeur d'un parc immense, un havre de paix

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Auguste Durand est organiste et compositeur, condisciple de Saint-Saûns et de César Franck. Il fonde en 1869, une maison d'édition musicale pour aider les compositeurs français à se faire mieux connaître face à l'imprégnation allemande. En 1888, il achète le domaine de Bel Ebat. Son fils Jacques, lui aussi compositeur, a eu pour condisciples au conservatoire Paul Dukas et surtout Claude Debussy. En 1888, il épouse Marie Marcotte. Il faut imaginer le manoir, au coeur d'un parc immense, beaucoup plus grand qu'aujourd'hui, un havre de paix devenu un lieu vivant d'échanges musicaux. " Il n'est bon Gîte que Bel Ebat " écrit Debussy, paraphrasant Villon " Il n'est bon bec que de Paris ". Les musiciens, accueillis chaleureusement, viennent chercher le calme et la sérénité, l'inspiration loin de l'agitation parisienne. Ils en témoignent dans leurs lettres. Jacques Durand qui est un compositeur sensible et délicat, tisse avec eux des liens d'amitié. Eux lui réservent souvent la primeur de leurs oeuvres, ainsi Debussy, avec la Petite suite à 4 mains qu'il joue avec Jacques Durand ou, plus tard, Ravel avec Tsigane. A Bel Ebat, les musiciens discutent, tiennent leur ami éditeur informé de leurs projets, de l'avancement des oeuvres en cours. Lui leur donne des idées, des conseils, il agit comme un aiguillon musical. Ainsi cet endroit a acquis ses lettres de noblesse et est devenu le " Creuset de la Musique Française " dont il a réuni tout le gotha : Camille Saint-Saûns, Gabriel Fauré, Claude Debussy, Maurice Ravel, Guy Ropartz, Paul Dukas, André Caplet, Gabriel Pierné, Albert Roussel ... A la mort de Jacques Durand, c'est son cousin, René Dommange qui reprend la maison d'édition et le domaine. L'activité continue. Olivier Messiaen ou Darius Milhaud, par exemple, sont édités chez Durand. Lola Dommange poursuit l'oeuvre de son mari. Hélène Boscheron, pianiste, passionnée de musique française, l'a bien connue.
Eh bien Lola Dommange était une femme très accueillante, très belle femme. groupe 43 Elle était avocate, de même que son époux mais elle était donc très portée sur la musique et les arts en général et elle possédait une très belle voix euh qui avait beaucoup frappé aussi Jacques Durand et elle avait nous a dit ce souvenir, cette émotion qu'elle a eue de pouvoir chanter les " Histoires naturelles " de Maurice Ravel avec Maurice Ravel au piano...groupe 44 Donc Lola Dommange est restée très attachée à l'esprit Durand et a cherché à maintenir ce souci de découvrir de nouveaux talents, et de les promouvoir d'une manière toujours très vivante et active. groupe 42 Donc Mme Lola Dommange a euh fait cette donation du manoir de Bel Ebat à la ville d'Avon qui doit prendre effet à sa disparition avec donc tout le manoir et tout ce que contient le manoir comme tableaux, comme mobilier, comme partitions de musiciens, D'Indy, Debussy, euh, Ravel, Fauré et de correspondances euh de Saint Saens, Debussy, Fauré particulièrement. groupe 48
Retour haut de page