Avon, berceau de la musique française >

Couvent des Carmes

Version mobile
Espagnol English Japonais

Couvent des Carmes

Couvent des Carmes et ses magnifiques jardins

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Ce magnifique portail en grès est resté dans son état du XVIIème siècle. En 1662, Louis XIV a acheté le Vieux Moulin d'Avon. Anne d'Autriche avait fondé ici l'hôpital Sainte-Anne-la-Royale et de la Charité. Plus tard l'établissement devient séminaire, puis collège. La propriété, située le long du canal du parc du château de Fontainebleau, abrite de magnifiques jardins. C'est en 1921 qu'arrivent les Carmes Déchaux. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le couvent va être le théâtre d'événements que relate Louis Malle, lui-même ancien pensionnaire, dans son film " Au revoir les enfants ". Longez le mur du couvent sur votre gauche, avancez, dans la rue du Père Jacques, jusqu'au n? 3, et écoutez. Lucien Bunel, né en 1900 dans une famille pauvre, veut devenir " un grand monsieur le curé ". Il fait des études au séminaire de Rouen et est ordonné prêtre à 25 ans. Mais cet état ne lui convient pas, il souhaite une vie ardente de prière. Il devient le frère Jacques de Jésus, au couvent des Carmes de Lille. Pour obéir à ses supérieurs, il fonde le Petit Collège d'Avon, dont il devient directeur. Cet éducateur né va y déployer toutes ses ressources pédagogiques pour faire de " ses " enfants des hommes accomplis, conscients de leurs futures responsabilités. Il élargit l'horizon de leur pensée, éveille leur curiosité à la culture, aiguise leur sens de la justice sociale.
Un professeur dira avec humour : Au collège, eau, gaz, électricité et Père Jacques à tous les étages. !
Jusqu'à ce jour de janvier 1944. Ce jour-là, la Gestapo pénètre dans le collège pour arrêter trois enfants juifs que le père Jacques avait accueillis, sous une identité d'emprunt, un an plus tôt. Il est arrêté avec eux. C'est par cette petite porte qu'ils sortent pour ne jamais revenir : les trois enfants sont gazés dès leur arrivée à Auschwitz et le père Jacques, lui, s'éteint le 2 juin 1945, après la libération du camp de Mauthausen par les Américains.
En avril 1997 s'est ouvert le procès informatif diocésain pour sa canonisation.
Retour haut de page