Auxerre >

Tour de l'Horloge et statue de Restif de la Bretonne

Version mobile
English

Tour de l'Horloge et statue de Restif de la Bretonne

Une autre sculpture de François Brochet : la statue de l'écrivain du 18ème siècle Nicolas Restif de la Bretonne.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La statue de Restif de la Bretonne est une autre des oeuvres de François Brochet.
" Restif ", comme on le surnomme, est un écrivain du 18ème siècle et un fervent admirateur d'Auxerre :
Citation : Et puis il y a une horloge bien haute, bien haute : et au cadran il y a une boule qui marque les lunes (...) et puis il y a des promenades toutes plantées d'arbres puis des coches ; et puis des trains de bois flotté ; et (...)...
Je te dirais que comme j'écrivais, une demoiselle est venue regarder par-dessus mon épaule, et elle s'est mise à rire, en disant : et puis il y a, et puis il y a.
Mais ce libertin quitte Auxerre pour Paris en 1755. C'est en coche d'eau qu'il fera le voyage vers la capitale.
Lorsqu'il relate ses déambulations nocturnes dans les rues de Paris, il s'identifie à un hibou.
Pourquoi un hibou ?
Parce que l'oiseau voit ce qui se passe la nuit... Et Restif s'intéresse beaucoup aux moeurs libertines...
A Paris, il exerce le métier d'imprimeur qu'il a appris ici, à la maison Fournier, juste sous la tour de l'horloge.
Une horloge qui est aujourd'hui le symbole de la ville et qui, a longtemps rythmé les journées des Auxerrois.
La Tour de l'Horloge
Avant le 15ème siècle, cette horloge n'existait pas. Et les églises ne sonnaient que les heures liturgiques. Pour avoir l'heure civile, les bourgeois demandent donc au comte d'Auxerre d'avoir leur propre horloge. Grâce à elle, ils peuvent enfin organiser leurs journées de travail
Elle est dotée d'un cadran solaire et lunaire.
Pourquoi?
Pour que les paysans puissent connaître les phases de la lune et adapter leurs travaux des champs à son cycle!
Quand on passe sous la tour de l'horloge, il faut remarquer la maison de Cadet Roussel qui y est accolée et puis plus loin sur la gauche : la statue colorée de Marie Noûl, une poétesse auxerroise que nous retrouverons plus tard.
Dans ce quartier de la vieille ville, vous remarquerez qu'il y a encore beaucoup de maisons anciennes à pans de bois.
Si on en a construit autant depuis le moyen âge, c'est que la ville se trouve alors à proximité de forêts, comme celles de la Puisaye. Construire des maisons en bois est donc plus rapide et plus économique que faire des maisons en pierres de taille !
Retour haut de page