Le Chemin de mémoire australien >

Vue sur les champs de bataille au Nord-Est

Version mobile
English

Vue sur les champs de bataille au Nord-Est

Tragédies et triomphes

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Après la capture du village, les australiens concentrent leur attention sur la deuxième ligne allemande : les tranchées jumelles appelées OG1 et OG2 qui traversent la route Albert/Bapaume et qui vont jusqu'aux limites du village au-delà du château d'eau. De cet endroit, on peut apercevoir sur la gauche, la ferme du Mouquet que les Australiens ont attaqué après, et Thiepval avec son impressionnant Mémorial.
Aux premières heures du 29 juillet 1916, la 2ème Division australienne lance un assaut sur lesdites lignes " OG ", mais l'attaque échoue. Grâce à la lumière des fusées éclairantes qui transforme la nuit en jour, les allemands repèrent des hommes tentant de passer les barbelés intacts.
Ayant fini par trouver des ouvertures, le capitaine Walter Boys et quelques soldats du 25ème bataillon, peuvent continuer le combat jusqu'à la ligne OG1. Certains atteignent presque la ligne OG2, mais aucun ne peut s'y maintenir. Piégé devant la ligne OG1, Boys fait le mort pendant 20 heures. Il survit aux bombardements du lendemain, puis rentre en rampant, complètement brisé par ce qu'il vient de vivre.
La prochaine tentative de la 2ème Division est mieux préparée. Des tranchées d'assaut sont creusées à travers le no man's land, à mi-distance des lignes OG. Le pilonnage intensif allemand fait de cette tâche une des pires qu'ait réalisée la force impériale australienne.
Les Diggers (surnom donné aux soldats australiens) sont enterrés vivants, déterrés puis ré-enterrés de nouveau. Le lieutenant Alec Raws est envoyé, avec un groupe du 23ème bataillon, pour creuser des tranchées dans le no man's land. Ils sont perdus au milieu des cratères d'obus.
Le lieutenant Alec Raws: " Nous nous sommes allongés le long d'un talus, totalement terrifiés. Les tirs d'obus étaient épouvantables. J'ai bu une longue gorgée de whisky et j'ai arpenté le talus à la recherche de quelqu'un qui aurait pu me dire où l'on se trouvait... Nous sommes finalement arrivés à trouver le chemin vers le no man's land... moi et un nouvel officier avons pris le commandement et avons creusé la tranchée. C'était terrible, mais on devait mener les hommes par tous les moyens possibles, quitte à creuser nous-aussi. Nous avons dû jeter les morts et les blessés sur le côté. Je refusais de laisser les hommes valides aider les blessés; les valides devaient creuser. "
Mais le travail est fructueux. Le 4 août, à partir de leurs positions d'assaut, les australiens se lancent derrière un tir de barrage britannique. A l'aube, le lendemain, les deux lignes OG sont entre leurs mains.
Suite à l'échec de la contre-attaque allemande, les ruines du moulin, au sommet de la crête de Pozières, sont occupées. Cette perte désespère les allemands. Mais ils préparent rapidement une contre-attaque qu'ils font précéder d'un pilonnage intensif.
Pour se protéger des tirs d'obus, les australiens se réfugient en masse dans les abris profonds de la ligne OG1, délaissant la position OG2. Le 6 août, le bombardement qui éclate, continue crescendo. A l'aube, la portée des tirs du barrage s'allongent en vue de la contre-attaque allemande. Les troupes allemandes déferlent sur la ligne OG2 et lancent des grenades dans plusieurs abris d'OG1. A l'intérieur d'un de ces abris, se trouvent les survivants du peloton du lieutenant Albert Jacka.
Agé de seulement 24 ans, l'Australien Jacka avait déjà gagné une première Victoria Cross pour ses actions menées à Gallipoli au mois de mai 1915. A la suite de cet exploit, il devient une véritable icône en Australie, son portrait orne les affiches de recrutement de l'armée.
Alors qu'il est totalement assourdi par le bruit des explosions, Jacka, suivi de ses hommes, fonce dans les escaliers de l'abri. Il tue la sentinelle allemande postée à l'entrée. Il découvre 40 prisonniers australiens du 48ème bataillon. Ils sont escortés par une garde allemande très supérieure en nombre. Lorsque que la colonne d'hommes arrive à 30 mètres de lui, Jacka monte à l'assaut. La moitié des gardes s'enfuient, l'autre moitié combat. S'ensuit une bagarre déchainée.
Les Australiens reprennent ainsi le terrain qu'ils avaient brièvement perdu. Lors des combats, Jacka tue au moins 20 allemands. Lui-même est blessé sept fois. Il reçoit la médaille militaire, alors que beaucoup pense qu'il mérite la Victoria Cross.
Charles Bean, historien officiel australien, décrit son exploit comme " le geste d'audace individuel le plus spectaculaire et le plus efficace de l'histoire de la force impérial australienne."
Retour haut de page